Pour toute Commande passée sur le Site www.stratagemme.com, je vous offre :
10% du montant de votre commande (que j'arrondis)
+ 2,00 euros de remise
sur votre Prochaine Commande !
Frais d'envoi offerts à partir de 25,00 euros

Commandez vos Gemmes et vos Bijoux sur le site www.stratagemme.com Chaque rêve est un bijou

jeudi 31 décembre 2009

Sur le chemin de la vie...

…je vous souhaite de belles rencontres
et
beaucoup de bonheur pour l’année 2010 !

mercredi 30 décembre 2009

Avancées médicales prometteuses

"Le Point" consacre un article à "Dix avancées médicales encourageantes". La thérapie génique est lapremière citée. Suivent les résultats positifs de l'essai d'un vaccin contre le sida. Les progrès dans la détection des cancers colorectaux ou bronchiques, qui sera bientôt possible à partir d'une simple prise de sang, sont également évoqués. Par ailleurs, les médecins sont maintenant en mesure de remplacer une valve cardiaque sans ouvrir la cage thoracique du patient, avec un taux de réussite de 97%. Le recours à des cellules souches embryonnaires humaines a permis à des chercheurs de reconstituer la totalité d'un épiderme humain, et d'ouvrir des perspectives de prise en charge pour les grands brûlés ou les personnes atteintes d'une maladie génétique de la peau. Le magazine se félicite aussi de l'apparition de l'élastographie, une nouvelle technique d'échographie qui permet de détecter des lésions cancéreuses jusqu'ici considérées comme indécelables, et qui a trouvé sa première application dans le dépistage du cancer du sein.
Le Point - 17/12/09

mardi 29 décembre 2009

Médicament : génériques

Les syndicats de pharmaciens sont sur le point de conclure avec l'assurance-maladie un accord qui favorisera davantage les ventes de médicaments génériques à partir de 2010. Pour les médicaments ayant déjà perdu leurs brevets, les officinaux s'engagent à maintenir un taux de substitution supérieur à 80%. Pour ceux qui vont tomber dans le domaine public, le taux de substitution sera fixé au cas par cas. Pour Plavix par exemple, il devra être de plus de 75% d'ici fin2010.
Les Echos - 14/12/09

lundi 28 décembre 2009

Diabète : estimation de l'évolution aux Etats-Unis à 25 ans

Selon des calculs publiés par le journal "Diabetes Care", le nombre de personnes touchées par le diabète aux Etats-Unis devrait quasiment doubler dans les vingt-cinq prochaines années, de 23,7 millions aujourd'hui à 44,1 millions en 2034. Hausse de l'espérance de vie et apparition de
complications liées à l'âge expliquent cette prévision.

International Herald Tribune – 03/12/2009

dimanche 27 décembre 2009

Le cancer fera partie du grand emprunt

Dans une interview accordée au magazine de la Ligue contre le cancer, "Vivre", Nicolas Sarkozyrevient sur l'annonce du Plan cancer 2009-2013. "Pour la première fois, il s'engage à introduire lecancer comme partie intégrante de l'emprunt national présidé par Alain Juppé et Michel Rocard",souligne le magazine. Le président revient sur la lutte contre les inégalités, sur l'amélioration de laqualité des soins, l'après-cancer, la lutte contre le tabac. A propos de l'adhésion au dépistage organisé, il ne se déclare pas favorable au déremboursement des dépistages individuels. "Ledépistage organisé est privilégié mais je ne souhaite pas que les comportements individuels vertueux soient découragés".
APM - 11/12/09

samedi 26 décembre 2009

Alcool et Cancer

Une consommation de trois à quatre boissons alcoolisées par semaine est associée à une augmentation de 30% du risque de récidive après cancer du sein, selon une étude présentée auSan Antonio Breast Cancer Symposium. Des travaux ont déjà montré que la consommation d'alcoolétait associée à un risque accru de cancer du sein mais il existe peu d'études sur le rôle de l'alcool surle pronostic et la survie des patientes chez celles qui ont déjà eu un diagnostic de cancer.
APM - 11/12/09

vendredi 25 décembre 2009

Bonnes fêtes de fin d'année

Joyeux Noël !

jeudi 24 décembre 2009

Cessation d'activité, âge et qualité du sommeil

24% de personnes ayant participé à une étude finlandaise sur le sommeil ont déclaré avoir eu des problèmes d'insomnie dans l'année précédant leur cessation d'activité. En revanche, ils ne sont que 17,8% un an plus tard. Mené de 1990 à 2006 par des chercheurs de l'université de Turku, ce travail a montré que les premiers bénéfices de la retraite apparaissaient très rapidement. L'impact est encore plus important pour les personnes ayant manifesté auparavant des signes de dépression et/ou de surmenage. De fait, les hommes pressurés par un emploi à haute responsabilité et les personnes ayant beaucoup travaillé de nuit sont particulièrement concernés : ils profitent davantage d'une retraite qui leur permet de se défaire des tensions du travail. L'augmentation de la fréquence des troubles du sommeil à mesure que la vie avance est un fait, mais ce travail vient rappeler l'effet positif de la retraite sur la qualité du sommeil, celle-ci contrebalançant (fût-ce temporairement) l'effet de l'âge. Ces résultats doivent toutefois être relativisés. Les personnes étudiées n'étaient en effet que partiellement représentatives de la population finlandaise : la majorité d'entre elles avait quitté le monde du travail entre 55 et 60 ans et percevait une retraite équivalant à 80% du dernier salaire, ce qui peut aussi contribuer à une vraie détente !

mercredi 23 décembre 2009

Plomb et santé

L'exposition au plomb chez les adultes, même à des niveaux généralement considérés comme ne posant que peu ou pas de risque, semble associée à une probabilité accrue de dépression majeure et de trouble panique, montre une étude américano-canadienne publiée dans les"Archives of General Psychiatry". Les effets neurotoxiques du plomb sont connus mais les recherchessur ce sujet ont principalement porté sur le risque de toxicité d'une exposition in utero ou lors de la petite enfance, rappellent Maryse Bouchard de l'université de Montréal et ses collègues.
APM - 10/12/09

Premier test sanguin destiné au dépistage d'Alzheimer en France

La société franco-américaine ExonHit commercialise à partir d'aujourd'hui en. Ce test, d'un coût de €600 et d'une précision globale de 75%, sera disponible, pour l'instant uniquement, pour les laboratoires et centres de recherche qui désirent être certains que les malades avec lesquels ils font des essais cliniques souffrent bien d'Alzheimer. Le grand public y aura accès, via les neurologues et les gériatres, au premier trimestre 2011.
Aujourd'hui en France – 03/12/2009

mardi 22 décembre 2009

L'apendice aurait une utilité

Selon une étude américaine, l'appendice a une utilité : il permet aux "bonnes bactéries" de trouver un refuge lors de fortes diarrhées. À partir de cet abri naturel, elles peuvent ensuite recoloniser l'intestin. L'étude a révélé que l'appendice existait depuis 80 millions d'années chez de nombreux mammifères. L'appendice posséderait donc un "avantage évolutif". Les habitants des pays du Sud, où de l'eau de mauvaise qualité est consommée, ont plus besoin de leur appendice que les populations des pays développés, où on trouve plus de cas d'appendicite.

Le Figaro – 03/12/2009

Quels moyens pour contrer l'obésité ?

"Le Monde" cite l'enquête Obépi-Roche selon laquelle le taux de personnes obèses est passé en France, en douze ans, de 8,5% de la population adulte à 14,5%. Un Programme National Nutrition Santé (PNNS) a été lancé en 2001. D'après le quotidien, "une grande partie du corps médical" redoute que le rapport sur la prévention de l'obésité, commandé par Nicolas Sarkozy à Anne de Danne, déléguée générale de la Fondation Wyeth, ne soutiennent pas le PNNS. D'après Serge Hercberg, directeur de recherche à l'Inserm, "il existe actuellement des offensives qui visent à discréditer le PNNS. Alors que la communication du PNNS depuis plusieurs années vise à réconcilier santé et plaisir". Selon lui, cette approche "semble en partie efficace : six études récentes montrent la stabilisation, voire la réduction de la prévalence de l'obésité chez l'enfant". "Le Monde" évoque aussi l'exemple du Canada, qui promeut depuis maintenant plusieurs années le programme "Escaliers vers la santé". Il consiste à encourager les Canadiens à faire davantage d'exercices physiques sur leur lieu de travail, en préférant les escaliers à l'ascenseur. En vingt-cinq ans, le taux d'obésité a doublé chez les adolescents canadiens. Or, "en montant à pied deux étages par jour, on peut perdre jusqu'à 2,7 kg en un an", assure l'Agence de santé publique du Canada.

Le Monde - 19/11/09

lundi 21 décembre 2009

Corrélation entre vitamines et cancer

Une étude réalisée par des chercheurs norvégiens a révélé une corrélation entre vitamines et cancer. A l'aune de cette étude, il apparaît que manger beaucoup de fibres et céréales renforcées à l'acide folique augmente de plus de 20% le risque de contracter un cancer, notamment un cancer du poumon.

International Herald Tribune – 03/12/2009

USA : recherche sur les cellules souches embryonnaires

Les autorités médicales américaines ont autorisé l'utilisation de treize nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires humaines pour la recherche publique, les premières dans le cadre de la nouvelle politique décidée par Barack Obama. Le président américain avait annoncé en mars sa décision de revenir sur l'interdiction d'effectuer des recherches sur les cellules souches embryonnaires imposée par son prédécesseur George W. Bush en 2001, pour des raisons morales et religieuses.

International Herald Tribune – 03/12/2009

Hépatite B

Un virologue de l'Hôpital berlinois Charité, qui avait fait une découverte intéressante dans la lutte contre l'hépatite B, n'a pas publié les résultats de son étude, vendus discrètement par l'institution à un fabricant de tests médicaux. Rendue publique et utilisée par tous, cette découverte aurait pu sauver des vies dans les pays en développement. D'après le journal allemand "Süddeutsche Zeitung", cette histoire illustre le caractère ambivalent des brevets.

Allemagne, Süddeutsche Zeitung – 24/11/09

dimanche 20 décembre 2009

nouveau gène de prédisposition à la Sclérose En Plaques

Une équipe franco-suédoise a identifié un nouveau gène de prédisposition à la Sclérose En Plaques, selon une étude publiée dans "Science Translational Medicine". Maja Jagodic du KarolinskaInstitutet à Stockholm et ses collègues, dont les chercheurs de l'Inserm U563 et de l'universitéPaul Sabatier à Toulouse, ont mis en évidence une mutation dans le gène VAV1 qui augmente deprès de 20% le risque de développer une SEP.
APM - 10/12/09

stéroïdes anabolisants et maladies du rein

Des chercheurs américains établissent pour la première fois un lien de cause à effet entre la consommation de stéroïdes anabolisants, que les bodybuilders utilisent notamment pour augmenter leur masse musculaire, et la survenue de certaines maladies du rein, sans aucun facteur de risque préalable.

International Herald Tribune - 11/12/09

Sommeil et santé

D'après une récente étude, l'hypoxie intermittente et la fragmentation du sommeil observées chez les personnes souffrant d'apnée du sommeil favoriseraient la dysfonction endothéliale et le diabète. Un traitement par Pression Positive Continue permet cependant une amélioration.

Le Quotidien du Médecin – 04/12/2009

Industries de santé : Transparence sur le financement des associations de patients

La réflexion sur les modalités pratiques de la publicité des financements des associations de patients par les industriels de la santé progresse. L'article 74 de la loi portant sur l'Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires (HPST) prévoit "qu'à compter de 2010, les entreprises fabriquant et commercialisant des produits de santé doivent déclarer chaque année, avant le 30 juin, auprès de la HAS, la liste des associations de patients qu'elles soutiennent et le montant des aides de toute nature qu'elles leur ont procurées l'année précédente. La HAS publie
les informations déclarées". Le président de l'Association Française des Diabétiques, Gérard Raymond, le directeur général du Leem, Philippe Lamoureux, qui participaient au débat, notamment avec le directeur de la HAS, François Romaneix, n'ont pas exprimé de réserves sur le principe de cette déclaration, les échanges portant désormais sur les modalités. La déclaration devra porter sur les aides de toute nature mais, là encore, il n'existe pas de définition réglementaire, légale ou jurisprudentielle. "Evidemment, il y aura les aides directes mais également les aides indirectes", telles que les prestations de services. Une analyse juridique est en cours.

APM – 04/12/2009

Internet : ampleur du commerce de médicaments contrefaits

Dans un article dénonçant l'ampleur du commerce de médicaments contrefaits sur Internet, "The Wall Street Journal Europe" prend l'exemple récent de la Grande-Bretagne. Très touché par l'épidémie de grippe A, le pays a vite été confronté à une offre limitée des deux antiviraux efficaces contre le virus, Roche et GSK ayant eu du mal à tenir le rythme face à l'importance de la demande. Cette situation a alimenté l'inquiétude du grand public, qui s'est massivement tourné vers le Web. Les ventes de contrefaçons de Tamiflu et Relenza sur Internet ont ainsi connu un pic dans le pays.



The Wall Street Journal Europe - 23/11/09

samedi 19 décembre 2009

grippe A (H1N1) : L'Afssaps confirme l'intérêt des vaccins H1N1

Dans son sixième bulletin hebdomadaire de pharmacovigilance des vaccins H1N1, l'Afssaps estimeque "l'analyse de l'ensemble des signalements portés à sa connaissance à la date du 6 décembre 2009 ne remet pas en cause la balance bénéfice-risque des vaccins grippaux Pandemrix et Panenza". L'Afssaps a enregistré 881 signalements d'effets indésirables depuis le début de la vaccination, "soitun taux de notification d'environ 0,7 pour 1 000 doses administrées". L'Agence signale treize nouvelles "observations graves" après injection de Pandemrix, et un total de vingt-huit signalements d'effets indésirables, dont deux cas d'urticaire géant, depuis le début de la vaccination par Panenza, le 20 novembre.

Le Monde - 12/12/09

Grippe A (H1N1) : Tamiflu pour tous les cas suspectés de grippe A

Validant les dernières recommandations du Comité de lutte contre la grippe approuvées par l'Afssaps, la Direction Générale de la Santé préconise désormais la prescription d'un traitement antiviral à tousles cas suspectés de grippe, même pour les patients n'ayant aucun facteur de risque. Les autoritéssanitaires recommandent également, à titre préventif, l'administration d'un traitement antiviral à toutesles personnes avec au moins un facteur de risque (femmes enceintes et nourrissons compris) ayantété en contact étroit avec un cas suspecté de grippe. La nouvelle prophylaxie est d'une pleine dosed'antiviral pendant cinq jours (contre une demi-dose pendant dix jours auparavant). La DGS annoncepar ailleurs que Tamiflu et Relenza seront disponibles gratuitement dans les pharmacies à compter du21 décembre, mais accessibles uniquement sur ordonnance. Le gouvernement va mobiliser son stockde 16 millions de doses d'antiviraux pour fournir les officines.
Les Echos - 11/12/09

grippe A (H1N1) : L'épidémie de grippe A recule en Europe de l'Ouest

L'OMS constate un recul de l'épidémie de grippe A dans huit pays européens de l'Ouest, et un débutde tassement en Europe du Nord. La semaine dernière, 828 nouveaux décès ont été enregistrés dansle monde, dont 324 en Europe. En France, les syndromes grippaux continuent pour l'instant de progresser, mais le pic de l'épidémie devrait être atteint "cette semaine ou la semaine prochaine",affirme Antoine Flahaut, épidémiologiste et directeur de l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique.3,5 millions de personnes sont désormais vaccinées en France. Par ailleurs, les premières analyses de séroprévalence contre le virus de la grippe A devraient être publiées dans quelques jours. Larecherche d'anticorps contre le virus dans le sérum d'un grand nombre de personnes en France et en Grande-Bretagne, dans le cadre des programmes SeroGrippeHebdo et CoPanFlu, va permettre dequantifier avec un peu plus de précision les cas dits "asymptomatiques". En attendant, "il est frappant de voir que nous n'avons même pas aujourd'hui une idée de l'amplitude de l'infection. Les épidémiologistes ne savent pas si elle touche 5%, 10% ou 20% de la population", souligne, dans larevue "Nature", un chercheur de l'Université Aix-Marseille II qui réalise des tests sériques dans lecadre du programme français.
Le Journal du Dimanche - 13/12/09

H1N1 : le pic épidémique atteint en France

C'est avec un peu de retard sur d'autres pays d'Europe occidentale que la France est en traind'atteindre son pic épidémique de grippe A. Ce décalage s'explique sans doute par un début plustardif de la première phase épidémique en France, alors que celle-ci "en Angleterre ou en Espagnepar exemple, a démarré de façon beaucoup plus violente dès juin ou juillet", rappelle Didier Houssin,directeur général de la Santé, qui constate qu'en France "la tendance de l'épidémie était à lastabilisation en fin de semaine" et que "cela se poursuit" cette semaine. Mais de nombreusesinconnues demeurent quant à l'évolution que peut suivre l'épidémie à ce stade. "Dans certains pays,on atteint le pic et ça décline très vite. Dans d'autres, ça fait un plateau. Ailleurs encore, ça descendpuis ça remonte encore plus fort, comme ça a été le cas aux Etats-Unis avec une deuxième vaguetrès intense et très virulente". En France, près de 3 millions de personnes auraient contracté le virus,et 145 en sont décédées. Malgré un taux de mortalité qui reste faible, les médecins font part decertaines préoccupations. "Nous sommes impressionnés par le nombre élevé de morts directementliées au virus", ce qui est "d'ordinaire rarissime dans la grippe saisonnière. Là, c'est la majorité descas et c'est inquiétant", explique le Pr. Bernard Regnier, réanimateur à l'hôpital Bichat. "Dans nosservices, nous sommes face à des cas de Syndrome de détresse respiratoire aiguë totalement inédits,extrêmement violents, et que l'on ne rencontrait quasiment plus", assure-t-il.

Aujourd'hui en France, Libération - 16/12/09

Grippe A (H1N1) : Décès d'un enfant 4 jours après vaccination

Un enfant de 9 ans est décédé en France quatre jours après avoir été vacciné avec Panenza. De la fièvre et des troubles digestifs importants sont survenus 48 heures après l'injection, suivis, deuxjours plus tard, d'un malaise sévère entraînant le décès en deux heures. Des analyses sont en cours,mais aucun lien de cause à effet avec le vaccin n'a pu être établi "à ce stade", indiquel'Afssaps.
AFP - 12/12/09

Grippe A (H1N1) : nouvelle découverte

Des chercheurs américains ont identifié une protéine naturelle humaine qui permettrait de lutter contre le virus de la grippe A. Cette découverte pourrait ouvrir la voie vers de nouveaux traitements plus efficaces.

Aujourd'hui en France - 18/12/09

Grippe A (H1N1) : Observations

Des chercheurs ont examiné les rapports d'autopsie d'une trentaine de personnes décédées de la grippe A à New York. 62% de ces patients avaient entre 25 et 49 ans. Les dommages causés sur les tissus des voies aériennes hautes et basses, ainsi que les pneumopathies constatées dans vingt-quatre cas sur trente-cinq, s'avèrent similaires à ceux constatés lors des pandémies grippales de 1918 et 1957. 72% des patients adultes décédés étaient obèses.
Le Quotidien du Médecin -10/12/09

Une étude confirme le rôle du gène IGF1 dans la maladie d'Alzheimer

Une équipe de chercheurs français, américains et israéliens publie, dans la revue américaine "Cell",une étude majeure sur le vieillissement. Ils sont parvenus à créer en laboratoire des souris quipeuvent rester "jeunes" plus longtemps et surtout, qui ne développent des signes de la maladie d'Alzheimer que très tardivement. Les scientifiques ont utilisé une technique reposant sur l'inhibitiond'un gène, l'IGF1 (Insuline like growth factor). L'équipe de Martin Holzenberger, chercheur à l'Inserm(U 948), avait déjà créé des souris à l'espérance de vie augmentée grâce à l'inhibition de ce gène.Cette fois-ci, Martin Holzenberger et ses confrères américains et israéliens ont recouru à des sourisprogrammées pour développer la maladie d'Alzheimer. L'inhibition du gène IGF1 a permis de retarderconsidérablement l'apparition des premiers signes de dégénérescence. Ces résultats constituent unepiste sérieuse dans la lutte contre la maladie. "Si l'on parvient à retarder de cinq ans le début de lamaladie d'Alzheimer, on divisera par deux le nombre de malades", assure le Pr. Françoise Forette, del'hôpital Broca, à Paris.

Le Figaro - 11/12/09

½ heure pour tester votre "capital santé"

L'ICS (Indicateur du Capital Santé) est un outil anonyme qui permet de vérifier si votre cadre de vie ou de travail vous convient, si vous êtes assez attentif aux questions de prévention ou si vos constantes biologiques sont favorables. Et une fois que vous connaîtrez votre profil santé, vous pourrez le protéger, l'améliorer, grâce à des conseils personnalisés. Disponible gratuitement sur Internet, il est basé sur vos réponses à un questionnaire précis. Age, sexe, taille, poids, tabagisme, nombre de repas quotidiens, durée et qualité du sommeil, activité physique hebdomadaire... une bonne part des questions posée est tout à fait basique. Mais auriez-vous imaginé que le temps passé dans les transports, l'appartenance à une association ou l'utilisation d'écran solaire, la consommation de compléments alimentaires ou simplement des fins de mois difficiles pourraient impacter votre santé ? Et pourtant, c'est vrai ! Ce questionnaire est divisé en trois thèmes : comportements, posture sociale, santé/soins. Vous obtiendrez ainsi une vision globale de vos atouts, de vos handicaps, de vos comportements... et de leur incidence sur votre santé ! Un score global et trois sous-scores (un pour chaque thématique) vous sont donnés. Vous avez 54/100, aïe ! "Votre cadre de vie ne semble pas correspondre à ce que vous souhaitez. Il est souvent difficile d'en changer, mais il est cependant possible d'aménager certaines choses". Avec 92/100, ça va mieux. "Bravo ! C'est un excellent score. Vous êtes observant par rapport aux actes de dépistage que vous devez faire". Le questionnaire et tous les renseignements sont disponibles sur www.indicateur-capital-sante.com

Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité

Aux Etats-Unis, 5% des enfants en âge scolaire présenteraient les symptômes de Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité. Les diagnostics de TDAH chez les enfants américains ont explosé, avec 5,6 millions de patients traités et 43 millions de prescriptions annuelles. Des spécialistes s'interrogent sur ces chiffres. Les médecins américains sont-ils trop enclins à prescrire ces médicaments, ou le TDAH est-il sous-diagnostiqué dans certains pays ? D'après les scientifiques, le TDAH est loin d'être une spécificité des Etats-Unis et sa prévalence serait la même dans d'autres régions du monde.

Financial Times - 08/12/2009

Aliments et santé : des liens difficiles à quantifier

Alors que les "alicaments" ont le vent en poupe, "Les Echos" rappelle que l'effet bénéfique de ces produits est intrinsèquement difficile à démontrer et à quantifier pour les scientifiques, du fait même du fonctionnement du métabolisme humain. Démontrer l'action de ces produits sur l'organisme implique souvent de vastes et longues études. C'est pourquoi "l'épidémiologie nutritionnelle est un art difficile", commente le journal, qui évoque plusieurs recherches en cours.
Le resvératrol, de la famille des polyphénols, est par exemple une molécule qui permet à l'organisme de brûler les réserves de graisse stockées dans les tissus adipeux, mais son effet n'est manifeste qu'à de très fortes concentrations. "Pour ces raisons, je me concentre désormais sur la vitamine B3, dont les effets bénéfiques sur l'obésité sont connus à des concentrations beaucoup plus faibles que le resvératrol", explique Johan Auwerx, chercheur à l'Ecole polytechnique de Lausanne.
Des chercheurs de l'université Blaise-Pascal, de Clermont-Ferrand, planchent quant à eux sur l'élucidation du rôle des lipides dans le cancer de la prostate, car "de nombreuses études mettent en évidence l'impact d'un régime alimentaire riche en graisse et le développement de ce type de cancer", explique l'un d'entre eux.
Une équipe de l'IGR a par ailleurs démontré le lien entre consommation d'alcool et cancer du sein. Le rôle protecteur des Oméga 3 quant à ce type de cancer, démontré chez les Japonaises, pourrait en revanche ne pas être le même chez les Françaises, du fait d'habitudes alimentaires trop différentes entre les deux cultures.

Les Echos - 23/11/09

vendredi 18 décembre 2009

Les souris à l'ADN 100% féminin vivent plus longtemps

Une équipe de chercheurs japonais a conçu un groupe de souris ayant un ADN totalement féminin, en associant les chromosomes de deux femelles. Ce groupe, dit "bimaternel", dont tous les individus disposaient d'un patrimoine génétique strictement identique, a été comparé à un groupe témoin de souris, issues d'un mélange de chromosomes mâle et femelle, ayant également des patrimoines génétiques identiques. Les deux groupes ont été soumis aux mêmes conditions de vie, dans un environnement le plus aseptisé possible. Les souris testées ont vécu entre 450 et 1 000 jours. Celles du groupe "bimaternel" ont vécu en moyenne 186 jours de plus que les souris du groupe témoin, soit une longévité supérieure d'un tiers. Les chercheurs ont aussi constaté que les souris bimaternelles étaient plus petites et moins lourdes que les souris témoins.

Le Figaro - 08/12/2009

Alimentation et prévention du cancer

Les acides gras Oméga-3, essentiellement trouvés dans le poisson et les crustacés, pourraient jouer un rôle dans la prévention du cancer colorectal, selon des données présentées à une conférence sur la prévention des cancers à Houston.

APM - 07/12/2009

Cigarette : 59% d'augmentation de la concentration...

59% d'augmentation de la concentration de bêta-naphtylamine dans la fumée de cigarette entre 1968 et 1995, celles de N'-nitrosonornicotine et de 4-(méthylnitrosamino)-1-(3-pyridyl)-1-butanone (NNK) ont augmenté de respectivement 17% et 44% entre 1978 et 1995. Le tabagisme aurait un impact de plus en plus délétère sur le risque de cancer de la vessie. Cela s'expliquerait par l'évolution des cigarettes, qui sont de plus en plus toxiques, selon une enquête américaine publiée dans le "Journal of the National Cancer Institute". Dans leur étude menée sur 1 170 patients et 1413 contrôles, Dalsu Baris, du National Cancer Institut de Bethesda (Maryland), et ses collègues démontrent un phénomène - inquiétant - déjà observé avec le cancer du poumon. Par rapport aux non-fumeurs, les fumeurs avaient 5,5 fois plus de risques de cancer de la vessie dans la période 2002-2004, contre respectivement 4,2 et 2,9 fois plus au cours des périodes 1998-2001 et 1994-1998. La même tendance était observée chez les anciens fumeurs, avec un risque multiplié par 1,4 en 1994-98, par 2 en 1998-2001 et par 2,6 en 2002-04 par rapport aux non-fumeurs. Ces hausses seraient liées à une concentration accrue de substances cancérigènes dans la fumée du tabac et ceci, malgré la baisse des niveaux en goudron et en nicotine dans les cigarettes.

jeudi 17 décembre 2009

Cancer en chine : facteurs de risques

Parmi les cancers du poumon observés en Chine, 1,6% sont attribuables à la pollution par les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques, une proportion qui dépasse même 44% dans certaines zones, selon une étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences. Avec une production d'environ 114 000 tonnes de HAP en 2004, soit 29% de la production mondiale, la Chine présente une atmosphère très chargée de ces polluants.

APM - 07/12/2009

Tabac : inquiétudes sur la progression des décès en Afrique et en Chine

L'OMS a lancé une campagne contre le tabagisme en Afrique, visant à prévenir une future "catastrophe sanitaire" si la consommation de tabac continue à progresser à ce rythme sur le continent africain. L'OMS a annoncé l'installation en 2010 d'une antenne spécialisée en Afrique pour permettre à ses experts de travailler en collaboration avec les gouvernements locaux en vue d'empêcher que le tabagisme devienne un problème aussi grave que sur d'autres continents. "A défaut de contrôle, le tabac tuera plus de 8 millions de personnes par an d'ici 2030, dont plus de 80% dans les pays en développement. Bien que la consommation de tabac soit moindre en Afrique que dans d'autres régions du monde, c'est en passe de changer si nous n'agissons pas", a souligné Ala Alouane, spécialiste des maladies non-contagieuses à l'OMS.

APM - 07/12/2009

Vaste saisie de faux médicaments

Plus de la moitié des médicaments vendus sur Internet sont des contrefaçons, d'après l'OMS, qui prévient le grand public que "consommer ces produits représente un réel danger pour la santé". Une vaste opération d'Interpol a permis, avec la collaboration de l'OMS, la saisie d'une grande quantité de médicaments contrefaits (160 000 pilules) et le recensement de près de 800 sites Internet illégaux dans le monde, dont 70 ont été immédiatement fermés.
En France, une trentaine de produits étaient visés par les services de polices mobilisés dans le cadre de cette opération. 125 sites en français proposant des faux médicaments ont été repérés. "La grande majorité de ces officines en ligne étaient enregistrées sous de fausses adresses ou étaient hébergées à l'étranger", explique Thierry Boudet, chef de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), qui a coordonné l'enquête.
En France, six personnes ont été interpellées et sont actuellement en garde à vue. "Le Figaro" rappelle que la France, du fait d'un système de distribution des médicaments très contrôlé, était jusqu'à récemment relativement épargnée par la contrefaçon. "Ces dernières années, un trafic spécifiquement destiné à l'Europe s'est développé, à cause d'Internet. Et cette augmentation des saisies, essentiellement dans les tris postaux, touche aussi la France", indique Jérôme Fournel, directeur général des Douanes.
L'Afssaps a procédé en 2009 à l'analyse de nombreux médicaments commandés sur des sites Internet. Les mauvais dosages de principes actifs ou les mélanges dangereux sont légions. "Parfois, on ne retrouve aucun principe actif dans leur composition", explique Stéphane Lange, responsable du département de veille sanitaire de l'Agence. A l'inverse, certaine préparations présentées comme naturelles ou phytothérapeutique, contiennent des principes actifs non mentionnés. "Les effets indésirables signalés par le biais de la pharmacovigilance sont en augmentation, notamment après une prise de coupe-faim", alerte l'Afssaps.

Le Figaro - 20/11/09

mercredi 16 décembre 2009

32 millions de médicaments contrefaits saisis en Europe

Commentant la saisie de 32 millions de médicaments contrefaits aux douanes européennes en à peine deux mois, suite à une vaste opération lancée par Bruxelles, Günter Verheugen, le commissaire européen à l'Industrie, évoque un "risque d'hécatombe". Ces contrefaçons de médicaments peuvent en effet contenir des amphétamines, de la poussière de brique, voire de l'encre d'imprimante, explique François Garnier, directeur juridique Europe de Pfizer.

20 Minutes - 08/12/2009

Dangers de l'automédication : Documentaire sur France 5 le 15 décembre à 20h35

France 5 diffusera le mardi 15 décembre à 20h35 un documentaire sur les dangers de l'automédication. 80% des Français y ont recours. On sait moins que l'automédication débouche chaque année sur 140 000 hospitalisations et 10 000 décès.

L'Express - 10/12/2009

1 milliard d'enfants n'ont pas accès à la santé ou à l'éducation

Vingt ans après la ratification de la Convention internationale des droits de l'enfant, des progrès ont été faits en matière de protection de l'enfance, tant sur le plan sanitaire que sur celui de l'éducation. Le nombre annuel de décès des moins de 5 ans est passé de 12,5 millions en 1990 à 9 millions en 2008. La vaccination contre la diphtérie, la coqueluche, le tétanos et d'autres maladies a permis de sauver des millions de vies, et la prévalence de la rougeole a reculé de 74% dans le monde. Pourtant, de nombreux progrès restent à faire. Un milliard d'enfants restent aujourd'hui "privés d'au moins un de leurs droits élémentaires", et "les plus mal lotis vivent en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud", où les taux de mortalité des moins de 5 ans sont respectivement de 144 pour 1000 et de 76 pour 1000, indique "Le Monde". Dans le reste du monde, ce sont encore "plus de 24 000 enfants de moins de cinq ans" qui meurent chaque jour "de causes qui sont pourtant en grande partie évitables", d'après un rapport de l'Unicef, stipulant aussi que "plus de 140 millions d'enfants de moins de 5 ans souffrent d'insuffisance pondérale pour leur âge, et environ 100 millions d'enfants en âge d'aller à l'école primaire ne sont pas scolarisés".

mardi 15 décembre 2009

Perspective négative pour l'industrie pharmaceutique en 2010

Les perspectives de l'industrie pharmaceutique mondiale restent négatives pour 2010, en raison des pertes de brevets prévues, des politiques de limitation des dépenses de santé et d'un environnement réglementaire difficile, a estimé l'agence de notation Fitch. L'industrie pharmaceutique mondiale va connaître une période de trois ans au cours de laquelle elle va perdre des brevets protégeant un grand nombre de ses médicaments vedettes, rappelle Fitch. Selon l'Agence, pour combler les pertes de revenus liées aux expirations de brevets, les laboratoires vont adopter des stratégies de diversification, vers les marchés émergents ou vers des activités autres que les médicaments. "De telles stratégies défensives peuvent mener à une chute de la rentabilité au fil du temps malgré les programmes de restructuration et d'amélioration de la productivité lancés récemment", note Fitch. Après une année marquée par de grandes fusions dans le secteur, de telles opérations ne devraient pas se reproduire en 2010, qui devrait être au contraire une année "d'intégration" pour les sociétés récemment engagées dans des acquisitions, selon Fitch, qui prévoit toutefois une poursuite des petites acquisitions ciblées.

AFP – 02/12/2009

L'innovation médicale à quel prix ?

La volonté de maîtrise des dépenses de santé se heurte aux attentes toujours plus fortes du public et à la pression des laboratoires pour faire adopter leurs innovations. Aujourd'hui, le slogan selon lequel "la santé n'a pas de prix" semble dépassé, tant le secteur de la santé en général et l'assurance-maladie en particulier ne peuvent tabler sur des recettes inépuisables. Cette situation impose donc de faire des choix : les évaluations médico-économiques montent ainsi en puissance, reléguant parfois au second plan les évaluations cliniques des traitements. "Les Echos" donne plusieurs exemples d'institutions qui tentent de "serrer la ceinture" de la recherche médicale. En France, l'Institut Gustave-Roussy, spécialisé dans le cancer, a mis en place son propre système d'économie de la santé, afin d'affiner sa stratégie en fonction de l'argent disponible. Outre-Manche, le National Institute for Health and Clinical Excellence intègre les critères médico-économiques dès l'AMM. Cela signifie qu'un traitement, même innovant, peut être refusé si son coût est jugé insupportable pour la collectivité. C'est ce que fait, modestement, la HAS, en procédant à de telles évaluations a posteriori, ce qui l'amène à recommander certaines stratégies de soins plutôt que d'autres. Mais cet avis n'est que consultatif.

Les Echos – 03/12/09

29% d'augmentation des émissions mondiales de CO2 entre 2000 et 2008

29% d'augmentation des émissions mondiales de CO2 entre 2000 et 2008, en dépit d'un léger ralentissement l'an dernier en raison de la crise, indique une étude publiée dans "Nature Geoscience". Et depuis 1990, date de référence du protocole de Kyoto, les émissions ont progressé de 41%, selon cette étude publiée à trois semaines de la réunion de Copenhague qui vise à trouver un accord mondial pour la période post-2012 afin d'enrayer le réchauffement climatique en cours. Ces chiffres se situent sur une trajectoire proche du scénario le plus sombre dressé par le Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat, qui estime que la température moyenne de la planète pourrait grimper de 1,8°C à 4°C d'ici à la fin du siècle. En 2008, la crise économique a eu un impact "limité mais discernable" sur les émissions mondiales de CO2 liées à l'utilisation des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon), précise l'étude menée par le Global Carbon Project, qui rassemble plus de 30 spécialistes du climat.

lundi 14 décembre 2009

Pistaches et cancer

Une alimentation incorporant une dose quotidienne de pistaches pourrait permettre de réduire le risque de cancer du poumon et même d'autres cancers, selon des données présentées au congrès de l'American Association for Cancer Research sur la prévention des cancers à Houston. "Il est déjà connu que la vitamine E procure une certaine protection contre plusieurs formes de cancer. Une consommation plus importante de tocophérol-gamma, qui est une forme de vitamine E, pourrait réduire le risque de cancer du poumon".

APM - 08/12/2009

Gastroentérite : baisse du nombre de cas. Pourquoi ?

Constatant une baisse du nombre de cas de gastroentérites par rapport aux années précédentes, l'InVS émet l'hypothèse que l'adoption massive par la population des gestes barrières contre la grippe A limiterait du même coup les contaminations par les virus ou bactéries à l'origine de ces troubles du système digestif. Une hypothèse qui reste toutefois à confirmer, précise François Weber, directrice de l'InVS.

Le Figaro – 04/12/2009

Exercice physique et cancer de la prostate : 15 minutes par jour

La pratique de seulement 15 mn d'exercice physique par jour peut réduire la mortalité globale chez les patients traités pour un cancer de la prostate. Le Dr. Stacey Kenfield et ses collègues de l'université de Harvard à Boston (Massachusetts) ont étudié les niveaux d'activité physique de 2 686 patients participant à la Health Professionals Follow-Up Study, avant et après le diagnostic de cancer de la prostate non métastatique.

APM - 08/12/2009

dimanche 13 décembre 2009

Grippe A(H1N1) : 8 millions de doses de vaccins sont attendues

Des arrivages de plusieurs vaccins contre la grippe H1N1, "pas loin de 8 millions de doses", sont attendus en fin de semaine, a indiqué le directeur général de la Santé, Didier Houssin, lors d'un point presse sur la grippe H1N1. "Nous espérons avoir en fin de semaine un arrivage complémentaire de pas loin de 8 millions de doses qui devrait nous permettre d'enclencher la partie de la campagne qui va concerner la population générale, c'est à dire la majeure partie de la population". Comme pour les populations prioritaires, la vaccination se fera sur la base d'envoi de bons aux personnes répertoriées par l'assurance maladie. Le nombre de bons envoyés sera ajusté en fonction des livraisons de vaccins et des capacités des centres de vaccination. La circulation du virus H1N1 "continue de s'accentuer, même si c'est à un rythme moins intense que les deux semaines passées", a-t-il souligné.

AFP, APM - 08/12/09

Querelles d'experts autour de la grippe A

L'épidémie de grippe A a mis en lumière les nombreuses difficultés de gestion d'une crise sanitaire majeure, constate "Les Echos", qui consacre un article au sujet. La maladie a suscité un grand nombre de débats entre spécialistes, qui sont venus brouiller le message transmis au public. L'information a encore été compliquée par les suspicions de calculs politiques et de prises d'intérêts privés. "Dès que l'on parle des vaccins ou des antiviraux sur un mode positif on est vendu à l'industrie. Une partie du discours est de nature fantasmatique", souligne Jean-Marie Cohen, coordinateur national du réseau GROG. Les principaux débats portent sur l'efficacité de la vaccination et des antiviraux. Si certains médecins doutent de la pertinence de la vaccination pour freiner l'épidémie, d'autres s'offusquent de cette méfiance qu'ils jugent injustifiée et dangereuse, rappelant les bénéfices exceptionnels apportés par la vaccination aux populations mondiales. Le recours aux antiviraux est aussi sujet à polémique. Les deux molécules disponibles, Tamiflu et Relenza, ont été mises en avant en début de crise, mais on observe que leurs ventes progressent moins vite que l'épidémie, explique Jean-Marie Cohen. Il regrette que ces médicaments ne soient pas prescrits massivement, comme c'est le cas au Royaume-Uni, et rappelle qu'en cas d'infection "chaque minute compte". L'administration des antiviraux a déclenché une controverse sur le risque de donner naissance à une souche résistante du virus. Là encore, l'exemple anglais montre qu'aucune souche résistante n'est apparue à ce jour.

Les Echos - 09/12/2009

Campagne de vaccination contre la grippe A en France : "situation abracadabrantesque"

Quatre professeurs de médecine hospitalière publient dans "Libération" un appel qui critique une campagne de vaccination contre la grippe A aussi ambitieuse qu'erratique, aboutissant à une "situation abracadabrantesque". Ils reprochent au gouvernement la création "ex-nihilo d'un système dont sont exclus les médecins de famille et les hôpitaux", mais dans le cadre duquel les internes des hôpitaux sont réquisitionnés pour faire tourner les centres de vaccination, alors que ces acteurs de santé, "s'ils sont des praticiens en formation, n'en sont pas moins nécessaires à la vie hospitalière et participent notamment à la fluidité de l'aval des urgences".

Libération - 09/12/2009

Ouverture des centres de vaccination contre la grippe A en France

L'ouverture des centres de vaccination contre la grippe A le dimanche et la réquisition de plus de personnel médical ont permis de fluidifier le flux de candidats à l'immunisation contre le virus dans certains arrondissements parisiens. Mais des inquiétudes émergent concernant la réquisition de personnels hospitaliers. L'Association des médecins urgentistes de France affirme être "d'accord pour vacciner, mais pas pour désorganiser le fonctionnement des hôpitaux et faire courir un risque majeur à des patients au profit d'une vaccination contre un danger bien plus hypothétique".



France Soir, Le Monde - 08/12/2009



Canada : cas de résistance au taminflu

Des médecins québécois signalent plusieurs cas de résistance à Tamiflu au sein d'une même famille, dont l'un des membres, jugé à risque, a été traité à titre prophylactique. Ce constat incite les spécialistes à recommander un traitement préemptif à dose curative (soit deux doses de Tamiflu par jour pendant cinq jours) plutôt qu'un traitement à dose prophylactique (une dose par jour pendant dix jours).

Le Quotidien du Médecin - 07/12/2009

Grippe A (H1N1) - organisation de la vaccination en France

Ouverture des centres de vaccination le dimanche dans les grandes villes D'après "Le Figaro", les files d'attente devant les centres de vaccination contre la grippe A sont une spécificité française, tandis "qu'en Europe et aux Etats-Unis, les campagnes de vaccination se déroulent sans problème majeur". Le quotidien souligne que les généralistes sont, dans la plupart des pays, étroitement associés à la politique de prévention mise en place. Face à l'affluence des candidats à la vaccination, Roselyne Bachelot a annoncé l'élargissement des horaires et des jours d'ouverture des centres. Dans les grandes villes, ils seront désormais ouverts le dimanche. Brice Hortefeux avait déjà appelé de ses voeux une ouverture du lundi au samedi, et les soirs de semaine. Un récent décret prévoit par ailleurs le versement d'une indemnité "exceptionnelle" aux fonctionnaires réquisitionnés réalisant des heures supplémentaires dans le cadre de la campagne de vaccination. Cette indemnisation sera de 1,25 fois leur salaire horaire entre 7h00 et 22h00, et de 2,5 fois leur salaire horaire après 22h00, ou les dimanches et jours fériés. La Confédération des Syndicats Médicaux Français continue de son côté à critiquer le refus par le ministère de la Santé d'une mise à contribution des médecins généralistes, qui pourraient vacciner un certain nombre de personnes dans leur cabinet.

Les Echos – 07/12/2009

samedi 12 décembre 2009

Grippe A (H1N1) - Alerte sur un risque de fièvre après vaccination avec Pandemrix

L'EMEA a émis une alerte sur le risque de fièvre chez les jeunes enfants après injection de la seconde dose du vaccin contre la grippe A(H1N1) avec adjuvant Pandemrix (GlaxoSmithKline). L'Agence a examiné de nouvelles données soumises par GSK, issues d'une étude clinique en cours chez des enfants âgés de 6 mois à 3 ans. Ces données ont montré une proportion plus élevée d'enfants ayant de la fièvre (température supérieure à 38°C, mesurée sous le bras) après la seconde dose de Pandemrix, par rapport à ce qui était enregistré après la première dose. Elles ont également montré un accroissement des douleurs sur le site d'injection et davantage de "symptômes généraux" comme la somnolence, l'irritabilité et la perte d'appétit après la seconde dose. L'Agence conseille aux prescripteurs et aux parents de surveiller la température des enfants vaccinés et si nécessaire de prendre des mesures pour faire baisser la fièvre, par exemple en donnant un antipyrétique comme le paracétamol.

APM – 04/12/2009

Grippe A (H1N1) - Tamiflu bientôt gratuit dans les pharmacies

Tamiflu n'est aujourd'hui recommandé que dans les cas de grippe A "grave d'emblée ou compliquée". Mais de nouvelles recommandations, basées sur le résultat d'études scientifiques, seraient à l'étude. Le Dr. Monelle Muntlak, porte-parole de Roche, confirme dans "Le Figaro" que "des études récemment présentées à des congrès médicaux confirment que le traitement systématique par Tamiflu évite les formes graves, et permet une sortie plus précoce des services de soins intensifs". Le Pr. Claude Hannoun confirme qu'il faudrait utiliser les antiviraux "précocement, dès le diagnostic, car en matière de grippe chaque heure compte", notamment du fait qu'un virus grippal a la capacité de se multiplier par mille en seulement six heures. François Fillon a indiqué que la France mettrait "dans les tout prochains jours" ses stocks d'antiviraux (respectivement 24 et 9 millions de boîtes de Tamiflu et Relenza) à disposition des pharmacies, où le médicament sera accessible gratuitement. Sous forme de poudre, ces stocks vont être reconditionnés en comprimés pour l'occasion.

Le Figaro – 04/12/2009

L'Allemagne envisage de vendre des vaccins contre la grippe A

L'Allemagne envisage de vendre à l'étranger des doses de vaccins contre la grippe H1N1 non utilisées en raison du faible nombre de vaccinations enregistrées jusqu'ici, a annoncé le ministre allemand de la Santé, Philipp Rösler. Depuis le début de la campagne de vaccination en Allemagne, 5% seulement de la population et 15% des médecins et personnel médical se sont fait vacciner, a-t-il souligné. C'est pourquoi, les Etats régionaux "ont demandé au gouvernement fédéral d'entamer des négociations avec d'autres Etats" pour leur céder des vaccins, a précisé le ministre. Quelque 2,2 millions de doses sont concernées, a-t-il ajouté, rappelant que l'Ukraine, par exemple, cherchait à se fournir. A la fin novembre, les Etats régionaux allemands avaient reçu environ 9,6 millions de vaccins Pandemrix sur un total de 50 millions qui doit être livré d'ici la fin mars 2010, selon les chiffres avancés par le quotidien régional "Westfalen-Blatt". Mais seuls entre 4 millions et 5,8 millions de personnes se sont jusqu'ici fait vacciner, selon la même source.

AFP - 07/12/2009

Grippe A (H1N1) : Interview de Roselyne Bachelot

Dans une interview accordée au "Monde", la ministre de la Santé indique que le renforcement des moyens humains dans les centres de vaccination "devrait permettre d'atteindre le rythme de 250 000 à 300 000 vaccinations par jour. A cette cadence, 30 millions de personnes pourront être vaccinées d'ici fin février", assure-t-elle. Un total qui serait en ligne avec les objectifs initialement affichés par le gouvernement en fonction du calendrier de livraison des vaccins. Aujourd'hui, plus de 1 million de Français ont déjà été vaccinés, et 4 millions ont contracté la grippe A. Roselyne Bachelot justifie par ailleurs longuement son refus de voir les généralistes vacciner leurs patients au sein de leur cabinet. Elle explique que les services d'urgences des hôpitaux seraient vite saturés si les généralistes, "occupés à vacciner", n'avaient plus la disponibilité nécessaire pour recevoir les patients grippés. La ministre rappelle à ce sujet que "la grippe A se répand vite et va sévir durement en décembre et en janvier, c'est-à-dire pendant les fêtes de Noël et du jour de l'an, où chaque année – sans la grippe A – nous avons des problèmes d'accueil des malades". A l'argument d'une possible réduction du coût de la campagne de vaccination si les médecins vaccinaient en cabinet, Roselyne Bachelot répond : "Au contraire, elle coûterait beaucoup plus cher en cabinet. Selon les études que nous avons menées, basculer la vaccination sur la médecine libérale triplerait a minima le coût de la logistique et du paiement des professionnels".

Le Monde, France Soir, La Tribune – 04/12/2009

Tests de détection de la grippe A : vente illicite sur Internet en France

"L'Express" met en garde contre les sites Internet commercialisant de soi-disant tests de détection de la grippe A, permettant d'établir un diagnostic en vingt minutes. La vente de ces produits à des particuliers est forcément illégale car aucun des fabricants de tests accrédités, répertoriés par l'Afssaps, n'a l'autorisation de vendre de tels kits de dépistage au grand public, prévient le magazine.

L'Express - 10/12/2009

Contamination par la grippe A d'un chat domestique

Une contamination par la grippe A d'un chat domestique, appartenant à une famille française qui regroupait plusieurs cas humains du virus, est signalée par la Direction Générale de la Santé. "Il y a déjà eu plusieurs observations de ce type à l'étranger, dans des élevages porcins ainsi que chez des chiens, en Chine tout récemment", indique Didier Houssin. Mais ces transmissions n'ont pas de conséquences sur la virulence ou capacité de diffusion du virus, elles "restent anecdotiques", souligne-t-il.

La Croix - 09/12/2009

Grippe A (H1N1) : Y aura-t-il une 3ème vague d'infections dans le monde ?

Bien que l'épidémie de grippe A semble commencer à plafonner aux Etats-Unis et au Canada, l'OMS prévient que rien ne permet d'exclure une troisième vague d'infections dans le monde. Keiji Fukuda, expert en pandémie grippale de l'OMS, indique par ailleurs qu'il n'a pas été décelé de signe de résistance étendue du virus à Tamiflu.

International Herald Tribune – 04/12/2009

Trisomie 21 et hormone

Des chercheurs de l'université de Stanford ont observé que les humains et les souris atteints de trisomie 21 possédaient un taux anormalement bas de norépinéphrine. Cette hormone a une fonction essentielle dans les processus d'attention et de mémorisation. En stimulant la production de norépinéphrine chez des souris trisomiques, les chercheurs leur ont permis de retrouver des aptitudes intellectuelles proches de la normale.

L'Express - 19/11/09

vendredi 11 décembre 2009

778 espèces mondialement menacées

778 des espèces mondialement menacées sont présentes sur le territoire français. La France a une responsabilité majeure dans la lutte contre l'érosion de la biodiversité qui frappe la planète. Elle se situe parmi les 10 pays les plus concernés par ce phénomène avec l'Equateur, les USA, la Malaisie, l'Indonésie, le Mexique, la Chine, l'Australie, le Brésil et l'Inde. Les principales menaces pesant sur les espèces sont la dégradation des milieux naturels, la surexploitation, l'introduction d'espèces envahissantes, les pollutions et le changement climatique. Ce sont les collectivités françaises d'outre-mer, Nouvelle-Calédonie et Polynésie française en tête, qui placent la France dans cette position. Elles sont en effet quasiment toutes situées dans des points chauds de la biodiversité mondiale, c'est-à-dire des régions très riches en espèces mais également très menacées, car ayant perdu au moins 70% de leurs habitats naturels originels. De nombreuses espèces menacées sont également présentes en Guyane et dans les Terres australes et antarctiques françaises. Dans le contexte européen, la France métropolitaine apparaît comme le cinquième pays abritant le plus grand nombre d'espèces mondialement menacées (126) après l'Espagne, le Portugal, l'Italie et la Grèce.

jeudi 10 décembre 2009

Grippe A : les scénarios catastrophe exclus par les experts

"Le Quotidien du Médecin" a demandé à trois experts de répondre à des questions concernant la sévérité et le taux d'attaque que pourrait atteindre le virus H1N1. Françoise Weber, directrice de l'InVS, privilégie "le scénario statistiquement optimiste" avec 15% de complications, 1% d'hospitalisations et 0,1% de létalité. Claude Hannoun, professeur honoraire à l'Institut Pasteur, estime que le "scénario type grippe espagnole est aujourd'hui exclu, alors que l'immunité de la population générale est en train de monter lentement". Antoine Flahault, directeur de l'Ecole des hautes études en santé publique, considère que deux développements ne peuvent pas être totalement écartés : "La survenue de plusieurs vagues, qui donnera tout son sens à la campagne vaccinale ou le scénario d'une vague unique, mais plus ample, qui va continuer à rouler sur la France et l'Europe, une déferlante qui représente le scénario évidemment le plus préoccupant".

Le Quotidien du Médecin – 03/12/2009

Vaccination H1N1 : 567 cas d'effets indésirables

L'Afssaps indique que 567 événements indésirables relatifs aux vaccins H1N1 ont été enregistrés depuis le 29 novembre. 562 signalements concernent le vaccin Pandemrix. 97% des cas rapportés étaient d'intensité faible à modérée. En dehors des douleurs locales au point d'injection ou des syndromes grippaux, 24 nouvelles observations "médicalement significatives" ont été relevées, dont 7 graves. "France Soir" indique qu'il s'agit de 2 réactions allergiques, 2 paresthésies, 1 cas de douleurs thoraciques, et 2 cas d'embolie pulmonaire ou pneumopathie dont le lien de cause à effet avec le vaccin est à confirmer. Roselyne Bachelot a par ailleurs indiqué que le diagnostic probable de syndrome de Guillain-Barré pour une personne ayant reçu une vaccination par Pandemrix "a été écarté". Seuls 5 signalements d'événements indésirables ont concerné Panenza, dont un considéré comme grave. Il s'agit d'une exacerbation de douleurs articulaires préexistantes chez un patient atteint d'une tumeur osseuse.

France Soir – 04/12/09

Grippe A (H1N1) : Epidémie toujours en hausse en France

La France métropolitaine a enregistré près d'1 million de nouveaux cas de grippe A la semaine dernière, contre 812 000 la semaine précédente, selon le réseau des Groupes régionaux d'observation de la grippe (Grog). Au total, 3 824 000 Français ont été infectés depuis août. L'épidémie est donc toujours en hausse en France, tandis qu'elle commence à reculer aux Etats-Unis.

Le Figaro, Les Echos, Libération – 03/12/2009

France/Québec : reconnaissance mutuelle pour les professions de la santé

Signatures d'arrangements de reconnaissance mutuelle entre la France et le Québec dans le domaine de la santé Roselyne Bachelot, et le Premier ministre du Québec, Jean Charest, ont signé des arrangements de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles entre ordres professionnels québécois et français, portant sur les professions de médecin, de sage-femme, de pharmacien et de chirurgien-dentiste. Les représentants de la profession infirmière ont quant à eux signé une lettre d'intention, a indiqué le ministère de la Santé. "Cette reconnaissance doit permettre aux intéressés d'exercer leur profession sur le territoire de l'autre partie, dans des conditions facilitées". Le ministère a précisé qu'avant de conclure ces arrangements, "une comparaison approfondie est menée entre les formations et les champs de compétences respectifs en France et au Québec, selon une méthode inspirée des directives de l'Union européenne en matière de reconnaissance des qualifications professionnelles".

APM - 27/11/2009

mercredi 9 décembre 2009

Cancer : mortalité en baisse en Europe

La mortalité par cancer poursuit sa baisse en Europe, mais avec de grandes disparités selon les pays et selon le sexe.
De nouveaux chiffres du cancer en Europe publiés en ligne dans les "Annals of Oncology", montrent que la baisse se poursuit entre les périodes 1990-1994 et 2000-2004, mais avec de grandes disparités entre les pays et entre les hommes et les femmes. Entre ces deux périodes, la mortalité a diminué de 9% chez les hommes et de 8% chez les femmes, la baisse affectant surtout la population de 35 à 64 ans, rapporte une équipe coordonnée par les Professeurs Carlo La Vecchia de l'université de Milan et Fabio Levi du CHU Vaudois de Lausanne (Suisse).
L'étude a été réalisée sur 34 pays d'Europe. Pour les 27 Etats membres, la mortalité est passée de 185,2 décès en moyenne pour 100 000 personnes par an entre 1990 et 1994 à 168 décès pour 100 000 entre 2000 et 2004 chez les hommes, et de 104,8 à 96,9 pour 100 000 chez les femmes. On observe une différence du simple au double entre les pays.

mardi 8 décembre 2009

Cette eau potable qui nous rend malade !...

Les ministères de la Santé et de l'Environnement créent un comité de pilotage qui sera chargé de travailler à la mise en place, d'ici janvier 2010, d'un plan national sur les résidus de médicaments dans les eaux. Les stations d'épuration sont incapables de filtrer 60% des résidus médicamenteux se trouvant dans les eaux usées. Des traces de médicaments sont aussi détectées dans l'eau du robinet.

20 Minutes - 24/11/09

Afrique du Sud va traiter tous les enfants séropositifs

L'Afrique du Sud va traiter tous les enfants séropositifs âgés de moins d'1 an et développer ses tests de dépistage du VIH. Son président Jacob Zuma, qui a comparé la lutte contre le sida au combat contre l'Apartheid, l'a annoncé à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la maladie. Il s'agit d'un changement de politique spectaculaire et très attendu dans le pays, qui compte la population la plus importante au monde de séropositifs (5,7 millions).

The Wall Street Journal – 02/12/2009

lundi 7 décembre 2009

Cancer : campagne de sensibilisation

L'INCa lance une campagne de sensibilisation qui relaie les témoignages de personnes ayant un cancer ou ayant guéri de cette maladie. L'objectif de la campagne est de faire évoluer le regard de la société sur cette maladie et sur ses victimes, alors que "l'après-cancer" est l'une des priorités affichées par le nouveau programme gouvernemental de lutte contre la maladie. Une dizaine de témoignages seront diffusés à la télévision pendant un mois et demi.

La Croix - 24/11/09

Santé : Rapprochement entre médecines humaine et vétérinaire ?

L'Académie de médecine prône un rapprochement entre médecines humaine et vétérinaire pour lutter contre les maladies émergentes. L'Académie de médecine a recommandé plusieurs mesures pour faire face aux risques d'importation et d'implantation en Europe de "maladies infectieuses exotiques", et notamment de renforcer les liens entre médecine humaine et médecine vétérinaire, les maladies émergentes étant souvent d'origine animale. Les académiciens ont adopté ces recommandations, à l'issue d'une séance consacrée à ces risques d'émergence de nouvelles maladies dites "exotiques". Cette séance est organisée alors que sévit l'épidémie de grippe A(H1N1) d'origine porcine, mais les représentants de l'Académie ont indiqué qu'il n'y avait pas de lien direct et que cette séance était prévue de longue date. L'Académie de médecine indique qu'elle a "pris conscience de l'insuffisance des moyens de lutte mis en place pour faire face aux risques d'importation et d'implantation en Europe des maladies infectieuses
exotiques".

C'est pourquoi elle fait des recommandations.

APM - 25/11/2009

dimanche 6 décembre 2009

Immunologie nutritionnelle

De plus en plus de chercheurs travaillent à étendre les connaissances d’une discipline récente, l’immunologie nutritionnelle, qui étudie les liens entre alimentation et renforcement des défenses contre les maladies infectieuses, comme la grippe. Une étude, réalisée sur un panel de personnes âgées en bonne santé, a par exemple mis en évidence qu’une supplémentation en vitamine E améliore la réponse à la vaccination et limite la survenue d’infection chez ces personnes.

The Financial Times – 25/11/09

Toxique : 30 jouets sur 66 en vogue !!!

30 jouets sur 66 en vogue en période de Noël sont toxiques, selon le magazine "60 millions de consommateurs". Ces cadeaux littéralement empoisonnés contiennent différentes substances chimiques interdites en Europe. On retrouverait ainsi des métaux lourds dans les cosmétiques pour enfants, des phtalates dans les jeux en plastique et même du formol dans les jeux en bois. Ces molécules interdites ont évidemment une incidence non négligeable sur la santé : les phtalates perturbent la reproduction et le formol est classé parmi les substances cancérigènes. Le magazine a donc appelé à un renforcement des contrôles indépendants et à une clarification de la réglementation. L'eurodéputée et membre de la Commission environnement et santé publique, Michèle Rivasi, demande à ce que "les labels contrôlés soient beaucoup plus nombreux avec une obligation d'étiquetage des ingrédients, ce qui permettrait au moins aux parents qui le veulent d'acheter des jouets plus sûrs".

samedi 5 décembre 2009

HIV : les singes verts ne développent pas le sida

Constatant que les singes verts ne développent pas le sida après une primo-infection au VIH, des chercheurs de l'Institut Pasteur de le l'ANRS ont procédé à une étude comparative du déroulement des étapes immunitaires de cette espèce et du macaque, après une contamination. Le virus continue de se répliquer mais les singes verts, tout en présentant une charge virale importante, ne développent pas le sida. "Nos résultats apportent pour la première fois la preuve qu'il existe un mécanisme actif de contrôle de l'activation immunitaire chez le singe vert", indiquent les chercheurs.

Le Quotidien du Médecin - 27/11/2009

vendredi 4 décembre 2009

Santé : Vers un nouveau métier de pharmacien

Les pharmaciens ont remis à la ministre de la Santé un ensemble de propositions (rapport Rioli) concernant les modalités de mise en oeuvre des nouvelles missions confiées à la profession, dans le cadre de la loi Bachelot. Cette réforme permettra aux officinaux de "contribuer aux soins de premiers recours", c'est-à-dire d'assurer de nouveaux services auprès de leur patientèle. Le pharmacien pourrait par exemple assurer le suivi de malades chroniques, comme les diabétiques ou les hypertendus, entre deux consultations médicales. Il pourrait également procéder à des tests bactériologiques afin de s'assurer de l'utilité d'une prescription d'antibiotiques. Il pourrait aussi jouer un rôle dans l'aide au sevrage tabagique. Ces nouvelles responsabilités posent la question de la rémunération de la profession, qui jusqu'à présent reposait sur la marge réalisée sur les médicaments vendus. Le rapport Rioli suggère que si des honoraires supplémentaires étaient versés pour ces nouveaux services et conseils, il pourrait être procédé à un "équilibrage" en baissant les marges sur les médicaments. "Ce système aurait l'avantage de ne pas pousser à la vente", commente Uspo. Ces nouvelles fonctions pourraient par ailleurs s'avérer précieuses pour les habitants des régions confrontées à une pénurie de médecins. "Le Figaro" rappelle à ce sujet que les pharmaciens, contrairement aux médecins libéraux, sont soumis à une "loi de répartition démogéographique" et ne bénéficient pas de la liberté d'installation.

Le Figaro Economie - 26/11/2009

jeudi 3 décembre 2009

Grippe A (H1N1) : La Slovaquie passe une commande à sanofi pasteur

La Slovaquie a commandé 1 million de doses de vaccin contre la grippe H1N1 auprès de sanofi pasteur a annoncé à Bratislava l'autorité nationale de Santé publique. La livraison des 50 000 premières doses est attendue en Slovaquie avant la fin de l'année, aux termes de ce contrat prévoyant le prix de €7,60 par dose. "Au cours de la première phase du programme de vaccination, les médecins, infirmières, femmes enceintes et personnes souffrant de sérieux problèmes de santé seront notamment immunisés", a déclaré la porte-parole de l'Office slovaque de santé publique, Lenka Sramkova. La Slovaquie (5,4 millions d'habitants) a recensé jusqu'à présent 633 cas de la grippe H1N1 et quatre décès liés à cette maladie.

AFP – 01/12/2009

Grippe A (H1N1) : infections bactériennes secondaires des poumons

Les autorités de santé américaines font état d'un "pic inquiétant" d'infections bactériennes secondaires des poumons chez les personnes atteintes de grippe A. Les CDC recommandent donc une vaccination anti-pneumococcique (par Pneumovax) des sujets à risques, à savoir tout adulte asthmatique, emphysématique, fumeur chronique, diabétique ou souffrant d'une maladie des reins ou des poumons. Pneumovax est en général administré aux personnes de plus de 65 ans.

International Herald Tribune - 27/11/2009

grippe A (H1N1) : La vaccination dans le monde

"Le Monde" se penche sur les dispositifs de vaccination contre la grippe A dans certains pays européens et aux Etats-Unis.

En République tchèque, le gouvernement a choisi, contrairement à la France, d'associer les médecins généralistes, afin de soulager les centres de vaccination. Les patients à risque sont prioritaires, car aucun vaccin monodose n'a été commandé. Mais les Tchèques ne semblent pas croire à la dangerosité du virus.

En Belgique, la vaccination est gratuite et la consultation chez le médecin remboursée à 100%. Selon les autorités sanitaires, entre 1 million et 1,5 million de patients auraient été vaccinés, mais l'enregistrement se fait mal, notamment en Wallonie, car patients et médecins redoutent que les
contraintes de traçabilité soient contraires au respect de la vie privée.

En Italie, le mode de vaccination varie selon les régions, qui sont en charge des questions de santé. Si le virus a déjà contaminé 3 millions de personnes, peu d'Italiens vont se faire vacciner. Le vaccin est gratuit et réservé en priorité aux personnes à risque.

En Norvège, l'ensemble de la population devrait être vacciné d'ici à Noël, mais les personnes à risque le sontd'ores et déjà. Le dispositif de vaccination est sous la responsabilité des communes et ne soulève pas de difficultés majeures, même si certains médecins souhaiteraient que la vente
de Tamiflu nécessite une ordonnance.

Enfin, aux Etats-Unis, où la progression de l'épidémie ralentit légèrement, le climat est plus serein qu'avant. Le gouvernement, qui a décrété "l'état d'urgence sanitaire", entend faire vacciner 160 millions de personnes, plus de la moitié de la population. Mais au 26 novembre, seules 61,2 millions de doses ont été utilisées, essentiellement dans des séquences de vaccination collective.

Le Monde – 02/12/2009

Grippe A (H1N1) et droit des mineurs

"Le Figaro" rappelle qu'en vertu de la loi du 4 mars 2002 sur les droits des malades, les mineurs peuvent refuser l'injection du vaccin H1N1 qui leur est proposée dans le cadre de la campagne de vaccination. L'éventuel refus du mineur devra être pris en compte, même si ses parents ont donné leur accord. Seule exception à la règle : les cas d'urgence. "Si le refus risque d'entraîner des conséquences graves pour la santé de l'enfant, la loi, mais aussi l'article 43 du Code de déontologie disent clairement que le médecin doit passer outre", explique le Conseil national de l'Ordre des médecins.

Le Figaro - 27/11/2009

grippe A (H1N1) : Accélération de l'épidémie dans le monde

D'après le dernier bilan de l'OMS, la grippe A aurait fait "au moins 7 826 morts dans le monde" depuis le début de l'épidémie, soit un millier de décès supplémentaires en seulement une semaine (+ 16%).

En Europe, le nombre de nouveaux décès a même bondi de 85% en une semaine. Le continent américain reste le plus touché, suivi par la région Asie Pacifique. En France, on compte 30 décès supplémentaires en sept jours. L'InVS signale aussi le décès de deux patients atteints du virus muté de la grippe A. L'une des deux personnes est un homme décédé en septembre. "Nous sommes extrêmement vigilants mais nous ne sommes pas particulièrement inquiets car il s'agit de deux cas isolés", indique Françoise Weber, directrice générale de l'InVS. D'autant que "dans les pays où des cas similaires ont été découverts, il n'a jamais été mis en évidence que ce virus muté avait été transmis d'un patient à un autre, et le virus qui circule en France n'a a priori pas muté".

Les virologues estiment que le taux de mortalité de la grippe A est pour l'instant équivalent à celui de la grippe saisonnière, à savoir entre 0,1% et 1%, représentant entre 250 000 et 500 000 décès par an dans le monde, mais ces spécialistes attendent le printemps prochain, c'est-à-dire la fin de la campagne grippale, pour pouvoir avancer un chiffre plus précis.

Le Figaro - 28/11/2009

Grippe A (H1N1) : 2 contaminations sur une même personnes aux USA !?...

Une pédiatre américaine affirme, tests à l'appui, avoir contracté deux fois la grippe A, ainsi que son fils, en août puis octobre 2009. Ces deux cas de réinfection laissent les scientifiques dubitatifs, notamment du fait qu'aucun des deux patients ne présentent a priori de troubles immunitaires, indique "Le Quotidien du Médecin".

Le Quotidien du Médecin - 27/11/2009

Grippe A (H1N1) : plus d'un million de personnes déjà vaccinées en France

Les ministères de la Santé et de l'Intérieur constatent, dans un communiqué commun, que le ombre des personnes vaccinées par jour est "passé de 12 000 le 12 novembre, date d'ouverture des centres de vaccination collective, à près de 120 000 le 25 novembre, soit une multiplication par dix en moins de deux semaines".

A ce jour, "la barre du million de personnes vaccinées est d'ores et déjà dépassée", affirme Didier Houssin, le directeur général de la Santé. Il confirme que l'activité des centres de vaccination, "très calme au début, a décuplé en l'espace de quelques jours" et "il est très difficile dans ces conditions d'évaluer correctement la demande". Alors que le rythme d'approvisionnement en vaccins n'est pas un problème, contrairement aux Etats-Unis, une mobilisation insuffisante de certains personnels soignants expliquerait l'apparition de "goulets d'étranglements préjudiciables à la fluidité du fonctionnement des centres", ajoute Didier Houssin.

Pour améliorer l'accueil des candidats à la vaccination, le gouvernement a donné des instructions auxpréfets, afin qu'ils procèdent "très rapidement" à l'ouverture de centres supplémentaires, et qu'ils étirent les plages d'ouverture des centres déjà opérationnels, en particulier les mercredis et samedis.

Pour l'heure, sur les 1 080 centres prévus à l'échelle nationale, seuls 741 sont ouverts, soit les deux tiers. Pour faire tourner ces 400 nouveaux centres, les préfets pourront faire appel à des "ressources humaines" supplémentaires : médecins du travail, médecins des armées, élèves infirmiers et internes pourront être mobilisés. Tous les personnels de l'Etat hors police, gendarmerie et services pénitentiaires pourront également être réquisitionnés. A Paris, les capacités de vaccination devraient être multipliées par deux d'ici le "milieu de la semaine".

Le Monde - 01/12/2009

Grippe A (H1N1) : progression "inquiétante" en France

"France Soir" note une progression "inquiétante" de la grippe A en France, avec déjà 3 millions de personnes atteintes par le virus et 86 décès. Le réseau Sentinelles de l'Inserm a ainsi affirmé que "le pic n'était toujours pas passé en France" et que l'épidémie est toujours "en augmentation". "C'est déjà plus qu'une épidémie de grippe saisonnière", observe pour sa part le réseau des groupes régionaux d'observation de la grippe.

France Soir – 02/12/2009

Grippe A (H1N1) : moyens supplémentaires pour la vaccination en France

François Fillon a détaillé les moyens supplémentaires pour vacciner 300 000 personnes par jour (contre 100 000 actuellement) contre la grippe A et en finir avec les longues files d'attente, notamment dans les grandes agglomérations. Il a ainsi annoncé le renfort de 43 000 bénévoles de la Croix-Rouge et de 35 000 membres des fédérations de protection civile pour renforcer l'accueil dans les centres de vaccination.

Les 1 080 centres prévus (contre 600 la semaine dernière) vont par ailleurs être tous ouverts rapidement et ils fonctionneront de 8h00 à 22h00, dimanches compris, "notamment dans les zones urbaines". Les médecins libéraux ne sont toujours pas concernés par la vaccination, M. Fillon rappelant qu'ils sont déjà "en première ligne pour les soins aux malades de
la grippe".

Autre décision importante : les stocks de l'Etat de médicaments antiviraux, comme Tamiflu, "seront prochainement mis à disposition gratuitement sur prescription médicale uniquement, dans les pharmacies", a annoncé le Premier ministre. Jusqu'à présent, ces médicaments étaient réservés aux malades à risque ou présentant des symptômes graves. Il a toutefois exclu de passer au niveau d'alerte maximal du plan de lutte contre la pandémie.

Les Echos – 02/12/2009

Grippe A (H1N1) : Bruxelles va créer un "stock virtuel" de vaccins

La Commission européenne va mettre en place un "stock virtuel de vaccins" contre le virus de la grippe H1N1, pot commun européen pour réagir à des situations d'urgence, a annoncé la présidence suédoise de l'Union européenne. L'initiative a recueilli "une réaction positive d'un grand nombre de pays de l'Union", a précisé la ministre suédoise de la Santé, Maria Larsson. La commissaire européenne à la Santé, Androulla Vassiliou, doit encore étudier des questions de responsabilité juridique et de confidentialité, avant de finaliser le projet. "Nous allons demander aux Etats européens de nous déclarer, si possible, combien de vaccins ils seraient prêts à mettre à disposition en cas de situation d'urgence". Début novembre, la Bulgarie avait appelé l'Union européenne à la rescousse pour lui fournir des vaccins et des médicaments contre la grippe H1N1. Les Pays-Bas, qui avaient commandé 34 millions de doses de vaccins contre la grippe H1N1, vont prochainement en revendre 19 millions.

mercredi 2 décembre 2009

Affluence dans les centres de vaccination contre la grippe A

L'ensemble de la presse rapporte que les centres de vaccinations contre la grippe A doivent faire face à une demande croissante de la part des Français. D'après "Le Monde", "des phénomènes d'engorgement ont même été constatés". Dans un éditorial, "Les Echos" considère que cette situation "est doublement anormale. D'abord parce que cette fréquentation était plus qu'attendue, elle était espérée. Ensuite parce qu'elle n'a rien d'un raz-de-marée". "L'Humanité" indique que Roselyne Bachelot a déclaré qu'elle "ne s'attendait pas à un tel engouement", mais plutôt à "une montée en charge plus lente". La ministre a annoncé une augmentation des personnels et un élargissement des horaires d'ouverture des centres. Elle a en outre rappelé qu'il était nécessaire de se présenter dans les centres avec un bon de la Sécurité sociale. "Les Echos" suggère aussi que si le ministère de la Santé décide de suivre la recommandation de l’EMEA, de procéder à une injection unique du vaccin pour les personnes de plus de 9 ans, cette mesure "allègerait considérablement la charge qui pèse sur les centres".

Les Echos – 25/11/09

Des virologues allemands ont identifié deux clusters proches mais distincts du virus A(H1N1)

Ceux-ci circulent en même temps, dans la plupart des pays touchés par la pandémie grippale. "Ces variabilités identifiées à l'intérieur du génome A(H1N1) sont sans impact sur la virulence et sur la capacité antigénique. Il n'y a donc aucune conséquence à attendre sur l'élaboration des vaccins", indique le Pr. Bruno Lina.

Le Quotidien du Médecin – 24/11/09

mardi 1 décembre 2009

Médecins français : Pas d'obligation de prescrire des génériques

Le Sénat n'entérine pas le projet, récemment validé par les députés, d'imposer aux médecins la prescription obligatoire de génériques. Les sénateurs ont en revanche appuyé la possibilité pour les génériqueurs de produire des copies de même forme et de même couleur que les princeps.

(Le Figaro Economie - 16/11/2009)


"...la possibilité pour les génériqueurs de produire des copies de même forme et de même couleur que les princeps ?"

Pour tromper l'ennemi ? C'est de la manipulation, non ? Comment feront les personnes âgées pour savoir ce qu'elles avalent ? Il faut savoir qu'un générique n'est pas testé de façon aussi approfondie que le princep (médicament d'origine). La molécule active est exactement la même. Ce qui change c'est l'excipient. Un générique peut perdre jusqu'à 30% d'efficacité par rapport au princep ce qui pose un réel problème dans certaines pathologies où le dosage ultra-précis s'impose, comme dans le cas de l'épilepsie.

Un excipient désigne toute substance autre que le principe actif dans un médicament, un cosmétique ou un aliment. Son addition est destinée à conférer une consistance donnée, ou d'autres caractéristiques physiques ou gustatives particulières, au produit final, tout en évitant toute interaction, particulièrement chimique, avec le principe actif.

Le médicament est constitué d'une (ou plusieurs) substances actives et de substances d'emballage (les excipients) qui vont conférer à la drogue finale des qualités de stabilité, forme, dissolution, ciblage, goût, couleur, esthétique, etc. Ces substances identifiées dans les formules dans leur ordre pondéral sont extrêmement variées.

Les excipients participent pleinement au mode d'action du médicament. Sans excipient, pas de médicament. L'art de la mise en forme médicamenteuse, c'est la pharmacie galénique.

Lire l'article complet sur Wikipedia concernant les exipients dans les médicaments...