Pour toute Commande passée sur le Site www.stratagemme.com, je vous offre :
10% du montant de votre commande (que j'arrondis)
+ 2,00 euros de remise
sur votre Prochaine Commande !
Frais d'envoi offerts à partir de 25,00 euros

Commandez vos Gemmes et vos Bijoux sur le site www.stratagemme.com Chaque rêve est un bijou

samedi 24 juillet 2010

Le mécanisme anticancer du brocoli mieux connu

Le principe actif du brocoli est capable de faire diminuer de plus de moitié la taille d'une tumeur chez des souris de laboratoire. Il semble agir sur une enzyme anormalement présente dans de nombreux cancers.

L'indole-3-carbinol est un principe actif des légumes de la famille des brocolis. Dans une étude publiée le 29 juin 2010 dans Cancer Prevention Research, il s'est montré capable de détruire l'enzyme Cdc25A, impliquée dans le processus de division cellulaire. Une enzyme présente à des niveaux anormalement élevés dans la moitié des cas de cancers du sein, mais aussi dans des cancers de la prostate, du foie, de l’œsophage et du colon.

Les chercheurs de l'Université de l'Ohio ont réussi à montrer cette efficacité anticancer dans des éprouvettes, mais également sur des souris porteuses de cancer de la mamelle. Le groupe qui consommait l'extrait de brocoli a vu la taille des tumeurs réduite de 65 %.

Consulter l’article sur le mécanisme anticancer du brocoli.

http://www.guerir.fr/ 23 juillet 2010

vendredi 23 juillet 2010

Des souris plus socialisées réduisent la taille de leur tumeur

Le journal "Cell" publie une étude et une vidéo qui démontrent que la vie sociale de souris de laboratoire à une influence décisive sur l'évolution du cancer. Les individus qui évoluent dans un lieu de vie amélioré et partagé avec plus de congénères, même s'il comporte un peu de stress, voient leur tumeur réduire de poids et de taille.

Les souris de laboratoire, porteuses d'un cancer très agressif, sont capables de faire diminuer le poids de leur tumeur de 77% (et son volume de 43%), si elles vivent dans une cage plus grande, avec un groupe de souris plus nombreux, et plus de place pour évoluer. Et ceci sans traitement.

Les chercheurs de l'Université de l'Ohio, qui publient cette étude surprenant dans le très sérieux journal "Cell" de juillet 2010, ont voulu tester une idée nouvelle pour comprendre la capacité des individus à faire face au cancer. Ils s'en expliquent dans une vidéo, où vous pouvez voir les différentes cages utilisées sur le site de guerir.fr.

http://www.guerir.fr/ 23 juillet 2010

mardi 20 juillet 2010

Du charbon pour barbecue à partir de bois toxique

Chaque année, 18.000 tonnes de traverses de chemin de fer seraient reconverties en charbon de bois alimentaire, selon Robin des bois, l'association pour la protection de l'homme et de l'environnement.

Le problème, c'est que ce vieux bois est traité à la créosote, un mélange d'hydrocarbures utilisé pour protéger le bois de la pluie et des parasites mais toxique et probablement cancérigène pour l'homme. Une information qui échappe aux consommateurs puisque les sacs de charbon destinés aux barbecues ne comportent pas mention de la provenance !

Chaque année, environ 800.000 tonnes de traverses sont retirées de la circulation par Réseau ferré de France, dont 250.000 envoyées à Sidenergie, une entreprise spécialisée dans la récupération de déchets, située à Laval-de-Cère (Lot). C'est là que les anciennes traverses sont transformées en combustible pour barbecue.

En 2009, l'entreprise en a mis 3600 tonnes sur le marché. «Environ un quart du charbon de bois fabriqué en France contiendrait de la créosote», explique Jacky Bonnemains, le président de Robin des bois. Une estimation que confirme Laurent Cougnoux, rédacteur en chef du Lot en action, un «journal citoyen» bimensuel qui traite régulièrement de cette question.

Et pourtant, depuis l'arrêté du 2 juin 2003, les traverses sont considérées comme des «déchets dangereux». Le texte stipule que «les bois traités avec de la créosote ( ) doivent être réservés à un usage exclusivement professionnel tel que pour les voies de chemins de fer ou les lignes électriques». Alors comment se fait-il que ces traverses servent à fabriquer un combustible alimentaire ? Chez Réseau ferré de France, on admet que cette histoire n'est «pas bonne» pour l'image de l'entreprise. Mais, assure-t-on, «sur le plan réglementaire et en terme de santé publique, cette question ne pose pas de problème... lire la suite de l'article sur http://www.lefigaro.fr/

lundi 5 juillet 2010

Souvenirs de Chine...

Sérénité absolue