Pour toute Commande passée sur le Site www.stratagemme.com, je vous offre :
10% du montant de votre commande (que j'arrondis)
+ 2,00 euros de remise
sur votre Prochaine Commande !
Frais d'envoi offerts à partir de 25,00 euros

Commandez vos Gemmes et vos Bijoux sur le site www.stratagemme.com Chaque rêve est un bijou

mercredi 31 mars 2010

Inquiétudes autour des infections à Acinetobacter Baumannii

Les infections à Acinetobacter Baumannii causent des milliers de décès chaque année dans les hôpitaux américains, rappelle le "International Herald Tribune". Bien que ce type d’infection nosocomiale soit aussi redoutable que le staphylocoque doré résistant à la méticilline (MRSA) (contre lequel il existe plusieurs traitements, dont quelques uns approuvés au cours de ces dernières années), les recherches en cours pour lutter contre ce bacille à gram négatif restent peu nombreuses, en dépit du fait qu’il tend à développer de multiples résistances aux antibiotiques. Le sujet préoccupe de plus en plus de chercheurs, qui s’inquiètent, comme le Dr. Louis Rice, spécialiste des maladies infectieuses, de l’émergence et de la circulation grandissante de souches "potentiellement résistantes à tous les antibiotiques dont nous disposons".

International Herald Tribune – 01/03/2010

Enquête : comment les Français perçoivent-ils les labos ?

"CB News Santé" publie les résultats d'une étude GfK Healthcare sur la perception des laboratoires pharmaceutiques par les Français. A la question "Quels laboratoires pharmaceutiques connaissez-vous ?", seuls huit noms de laboratoires viennent spontanément à l'esprit des sondés, Boiron et sanofi-aventis en tête, qui sont respectivement cités par 25% et 18% des personnes interrogées (notoriété spontanée).

Lorsque les laboratoires sont cités dans la question (notoriété assistée), entre la moitié et les deux tiers des sondés identifient Boiron (76%), Sanofi (67%), Roche (65%) et Bayer (55%). Eric Robillard, directeur de la division Healthcare de GfK Custom Research France, relève que globalement, les consommateurs connaissent "la couleur de sa boîte de médicament, son nom ; pas celui du labo qui le fabrique".

Les laboratoires qui investissent dans la publicité pour se faire connaître et reconnaître du grand public sont donc avantagés par rapport aux autres, car "à l'avenir, pour faire des choix raisonnés, les clients devront être capables de se faire une opinion sur les entreprises de médicaments". Seuls 29,6% des sondés pensent par ailleurs que les laboratoires sont une source de financement de la recherche médicale. Nathalie Mandavit, directrice du département marque et communication de GfK Custom, estime "qu'il y a un effet à produire pour recrédibiliser. Cette industrie, qui investit tant en R & D, n'est pas perçue pour les bénéfices personnels apportés", souligne-t-elle.

Le grand public semble mieux connaître le rôle des génériqueurs, qui pour 55% des sondés permettent de réduire les dépenses de santé. 54% savent également que les médicaments génériques sont basés sur la même molécule que les princeps. Concernant l'automédication, un tiers des personnes interrogées déclarent s'en passer, 57% y ont recours pour des raisons pratiques et 44% par habitude à un médicament. 67% comptent sur les conseils du pharmacien pour choisir leurs médicaments et 41% se fient aux marques qu'ils connaissent déjà.

CB News Santé - 15/03/10

mardi 30 mars 2010

Neurologie : quinine et ses dérivés

L’Académie américaine de neurologie affirme que la quinine et ses dérivés (également utilisés contre le paludisme) sont le traitement le plus efficace contre les crampes musculaires à répétition. Il y a quelques années, la FDA a cependant interdit ces médicaments dans cette indication, en raison d’effets secondaires importants.

Le Figaro – 01/03/2010

lundi 29 mars 2010

Chikungunya et douleurs articulaires

Une équipe de chercheurs français a découvert un phénomène permettant d’expliquer pourquoi entre 50% et 75% des personnes atteintes par le chikungunya lors de l’épidémie de 2004-2005 ont souffert de douleurs articulaires persistant un an après la phase aiguë : le virus subsiste dans certaines cellules du système immunitaire, les macrophages, qui représentent ainsi "le principal réservoir cellulaire au cours des étapes tardives de l’infection par le CHIKV in vivo".

Le Monde – 01/03/2010

dimanche 28 mars 2010

Respiration : système D !

a_arbre_racine_DSCF3328
Photo prise le 27 février 2010
Arboretum, Chatenay Malabry

Ce conifère à feuilles caduques s'appelle le Cyprès des étangs ou plus scientifiquement : le Taxodium ascendens Brongn. "Nutans" (tout ça !).

Il a été introduit en France en 1789. Il se différencie du Cyprès chauve par ses branches latérales ascendantes qui retombent à leurs extrémités chez le cultivar "Nutans".

En milieu humide ou asphyxiant, ses racines développent des excroissances aériennes, le pneumatophores, à la fonction probablement respiratoire.

Sa longévité est de 1000 ans et sa taille maximum est de 22 mètres de haut. Le spécimen en photo ci-dessus fait 22 mètres de haut et peut être admiré dans le parc L'arboretum à Chatenay Malabry (92).

samedi 27 mars 2010

Vaccination des enfants = immunité collective pour toute la population ?

La vaccination des enfants contre la grippe procure une immunité collective pour toute la population. La vaccination des enfants contre la grippe pourrait avoir un intérêt au-delà de la protection des enfants eux-mêmes en procurant une protection pour toute la population, montre une étude canadienne publiée dans le "JAMA". Cette hypothèse avait déjà été faite mais n'avait jamais été confirmée de façon certaine, notamment en raison de la difficulté à réaliser une étude randomisée. Mark Loeb de l'université McMaster à Hamilton (Ontario) et ses collègues ont conduit une étude dans laquelle ils ont fait une forme de randomisation, mais pas au niveau individuel : ils ont randomisé des communautés. Les chercheurs ont travaillé sur les populations huttérites. Ceux-ci vivent en communautés de 60 à 120 personnes, relativement isolées mais dont les enfants vont à l'école. Le relatif isolement de ces communautés rurales permettait de limiter les biais, qui sont plus nombreux dans l'étude de populations citadines. Quarante-neuf communautés huttérites ont été randomisées entre la vaccination des enfants de 3 à 15 ans par le vaccin saisonnier contre la grippe et un contrôle, le vaccin contre l'hépatite A. Environ 80% des enfants ont été vaccinés. Le risque de grippe confirmée parmi les personnes non vaccinées s'est élevé à 3,1% dans les communautés dont les enfants avaient reçu le vaccin contre la grippe et 7,6% dans les communautés contrôles. Il y a eu ainsi une efficacité protectrice de 61%.

APM - 10/03/10

vendredi 26 mars 2010

QI et risques cardiovasculaires

Des chercheurs britanniques affirment qu’un faible QI accroît l’exposition aux risques cardiovasculaires. Ils classent ce facteur de risque après le tabagisme, mais avant l’hypertension artérielle ou la sédentarité. Les personnes dotées d’un QI modeste auraient selon eux une moins bonne hygiène de vie et seraient le terrain d’un "niveau record d’atteintes environnementales (maladies, mauvaise nutrition) accumulées au cours de la vie".

Aujourd’hui en France – 01/03/2010

jeudi 25 mars 2010

Protection sanitaire des enfants contre la pollution de l'air

La protection sanitaire des enfants contre la pollution de l'air est le thème principal de la 5ème conférence ministérielle Santé Environnement européenne de l'OMS, qui se tient du 10 au 12 mars à Parme. En Europe, un nourrisson sur 2 000 meurt d'une maladie respiratoire, souvent consécutive à une pollution de l'air extérieur et intérieur, "imputable à l'humidité". Par ailleurs, 40% des chambres de bébés présentent des niveaux de composés organiques (COV) supérieurs aux valeurs guides internationales.

Le Quotidien du Médecin - 10/03/10

mercredi 24 mars 2010

Découverte majeure sur la régénération des tissus

Des biologistes américains ont découvert fortuitement, dans le cadre d’une étude visant à tester l’auto-immunité de rongeurs dépourvus du gène p21, que la suppression de ce gène permettait une régénération tissulaire très rapide, phénomène jusqu’ici inconnu chez les mammifères. Cette régénération s’apparente au processus de réparation cellulaire à l’oeuvre chez certains animaux dont un membre arraché a la capacité de repousser. "Il semblerait que la perte du gène p21 confère aux cellules de nos souris la propriété de se comporter davantage comme des cellules souches embryonnaires que comme des cellules adultes", expliquent les auteurs de l’étude, qui évoquent une autre découverte étonnante. En cas d’endommagement de l’ADN, le gène p21 empêche la division cellulaire et freine la survenue de cancer. "En son absence, nous avons constaté l’accroissement attendu des dégâts sur l’ADN, mais, étonnamment, pas de hausse de cancer", soulignent les biologistes. Ce phénomène s’expliquerait par l’intensification du processus de mort cellulaire (apoptose) qui se déclenche lorsque l’ADN est endommagé. "La combinaison des processus de régénération cellulaire et des mécanismes d’apoptose explique pourquoi les cellules se divisent rapidement sans perte de contrôle et donc sans devenir cancéreuses", précisent-ils.

Le Figaro – 19/03/10

mardi 23 mars 2010

Etude sur la perception des vaccins par les parents

La plupart des parents pensent que les vaccins sont efficaces pour immuniser leurs enfants contre la maladie, mais un quart d'entre eux pensent aussi que certains vaccins peuvent entraîner des troubles autistiques chez des enfants sains. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée auprès de 1 500 parents d'enfants de moins de 18 ans, publiée dans la revue "Pediatrics". Un huitième des sondés déclarent avoir refusé personnellement au moins un vaccin recommandé par les autorités sanitaires, par crainte d'effets secondaires. Le vaccin le plus fréquemment rejeté est celui contre le HPV, qui protège contre le cancer du col de l'utérus. Suivent les vaccins contre la varicelle, contre la méningite à méningocoques et, dans une moindre mesure, le vaccin MMR (rougeole-oreillons-rubéole)

International Herald Tribune - 11/03/10

lundi 22 mars 2010

Epilepsie : la solution chirurgicale

L’épilepsie touche 500 000 personnes en France. Dans la plupart des cas, ce dysfonctionnement électrique du cerveau ne trouve son origine dans aucune lésion ou malformation cérébrale. Les deux tiers des patients répondent bien aux traitements médicamenteux existants. Pour un tiers d’entre eux cependant, "la vingtaine d’antiépileptiques existants n’empêche pas les crises", rappelle le Pr. Alexis Arzimanoglou, neuropsychiatre et chef de service de l’unité de soins de l’Institut des épilepsies de l’enfant et de l’adolescent (Idee). La solution possible pour ces patients est alors la chirurgie. L’opération consiste en l’ablation d’une toute petite partie du cerveau, d’où émanent les crises. Les techniques chirurgicales relatives à cette ablation sont parfaitement maîtrisées, mais un bilan préalable est nécessaire pour identifier avec certitude et précision la région à opérer. Ce bilan est donc assez lourd à réaliser, et les listes d’attentes sont longues. Chaque année, seuls 400 patients sont opérés en France. Le coût moyen de ce traitement chirurgical, bilan inclus, s’élève à €20 000 par patient. "Le Figaro" aborde également un aspect moins connu de l’épilepsie. Elle touche un certain nombre de personnes âgées, sans que celles-ci ne soient diagnostiquées. "Parmi les pertes de conscience soudaines et inexpliquées auxquelles les seniors sont plus souvent sujets, bon nombre sont d’authentiques crises d’épilepsie", affirme le Pr. Philippe Ryvlin, responsable de recherche à l’Idee et vice-président de la Ligue française contre l’épilepsie. Cette absence ou ce retard de diagnostic s’expliquent par le fait que le patient n’a souvent aucun souvenir de la crise, et qu’elle se produit rarement en présence du médecin. D’autre part, l’épilepsie n’est pas une maladie à laquelle on pense passé la soixantaine, car "on craint plus souvent un problème cardiovasculaire", ajoute le spécialiste.

Le Figaro – 01/03/10

dimanche 21 mars 2010

Mutation du virus de la grippe A (H1N1)

Il ressort d’une étude du Norvegian Institute of Health que la mutation (D222G) du virus A(H1N1) identifiée cet hiver en Europe du Nord est associée à une forme grave de grippe. Celle-ci a été retrouvée dans 11 des 61 cas sévères étudiés, mais n’a été observée dans aucun des 205 cas modérés. La mutation serait corrélée à la sévérité de l’infection, et rendrait le virus grippal plus pneumotropique. Les chercheurs norvégiens soupçonnent par ailleurs cette mutation de ne survenir que chez des sujets à risques, plus exposés à une atteinte des voies respiratoires basses.

Le Quotidien du Médecin – 09/03/10

Luxe, Calme et Volupté


Un petit coin de paradis loin du tourbillon du monde !

a_paysage_DSCF3433
Photo prise le 27 février 2010
Arboretum, Chatenay Malabry (92)

vendredi 19 mars 2010

Effet placebo et psychologie

Un article récemment publié par "The Lancet" apporte un nouvel éclairage sur les effets placebo. L’étude en question conclut qu’en pratique courante il n’est pas forcément nécessaire de donner un produit placebo pour obtenir un effet placebo : sur le plan psychologique, les principaux mécanismes en jeu sont l’attente des malades et le conditionnement. Qu’il s’agisse de douleurs ou d’addiction, l’action d’un placebo est d’autant plus marquée que l’espérance du malade – éventuellement induite par la suggestion du médecin – est importante.

Le Figaro – 08/03/10

mercredi 17 mars 2010

Médecine générale : 38ème édition du Medec

La 38ème édition du Medec se tiendra du mercredi 17 au vendredi 19 mars au Palais des Congrès, Porte Maillot à Paris. Ce rendez-vous annuel de la médecine générale confirme une nouvelle fois son ancrage parmi les grands congrès médicaux et s’inscrit résolument dans le parcours de la formation continue obligatoire des médecins généralistes.

Pour cette nouvelle édition, le Medec a mené une enquête « lesFrançais, le progrès médical et leur médecin » en partenariat avec Europe 1 et Doctissimo.

  • Les Français se sentent-ils bien informés par leur médecin ?
  • Que savent-ils du progrès médical, qui en est à l’initiative ?
  • Quels sont les domaines de recherche en matière de santé qu’ils estiment prioritaire ?
Bonne nouvelle, pour 84% des français, la première personne que l’on pense aller consulter ou interroger en cas de soucis de santé est le médecin traitant. D’ailleurs, 73% déclarent que leur médecin prend suffisamment le temps d’expliquer l’ordonnance.

Dans ce sondage, les Français apparaissent de plus en plus préoccupés par leur santé : une personne sur deux déclare s’informer sur les avancées médicales. Les jeunes (18 /24 ans) ne sont pas en reste puisqu’ils sont 36% à s’intéresser aux questions de santé.

Quelles sont les sources d’informations des français ? Internet arrive en première ligne avec 76% des suffrages, les médecins généralistes en 2ème position avec tout juste 55% !

De plus, seulement 62 % des français estiment être bien informés par leur médecin traitant sur les derniers traitements. Ce chiffre se module en fonction de la région d’habitation, il est à la hausse dans les communes rurales et tombe à 37% pour les parisiens !

D’où la nécessité pour le médecin traitant de se tenir au courant des dernières avancées thérapeutiques et de se former afin de répondre à la demande croissante des français sur ce terrain.

Quand aux domaines prioritaires de la recherche, le cancer arrive en première ligne devant la maladie d’Alzheimer (53%), le sida (45%), les maladies cardiovasculaires ( 21%) et l’obésité (12%).

L’actualité médicale et nutritionnelle cette année au MEDEC…
  • Cardiologie, zoom sur l’utilisation des antiagrégants plaquettaires dans la « vraie vie »
  • Psychiatrie, zoom sur le stress et les troubles de l’adaptation
  • Rhumatologie, zoom sur les lombalgies
  • Lipidologie, zoom sur les apports conseillés pour les enfants
  • Dermatologie, zoom sur l’acné de l’adolescent
  • Pédiatrie, zoom sur le malaise du nourrisson
  • Vaccinologie, zoom sur l’importance du calendrier vaccinal à tout âge
  • Compléments alimentaires, zoom sur l’évolution de consommation des CA ces dernières années
  • Gynécologie, zoom sur l’examen gynécologique en médecine générale
  • Neurologie, zoom sur la migraine
  • Prévention cardiovasculaire, zoom sur la stratégie de prévention du diabète
  • Prévention cardiovasculaire sous l’angle de la nutrition, zoom sur les recommandations lipidiques pour une bonne prévention cardiovasculaire

Plus d’informations sur le MEDEC sur le site :
 http://www.pressepapiers.fr/MEDEC2010/

Je remercie l’agence Presse-Papiers pour l’information. Mille excuses de la publier si tard…

Vitamine D et prévention du cancer

De nouvelles expériences suggèrent que la vitamine D pourrait agir en prévention du cancer. En laboratoire, on voit en effet que cette vitamine affecte plus de 200 gènes qui influenceraient en particulier la prolifération et la différenciation des cellules cancéreuses. En cas de forte carence de vitamine D, le risque de tumeur serait accru. Une concentration sanguine élevée en vitamine D, apportée notamment par le poisson, serait associée à une réduction de plus de 50% du risque de cancer de la tête et du cou, de l’oesophage, du pancréas et de leucémie aigüe.

Le Figaro – 08/03/10

mardi 16 mars 2010

Sieste et capacités mentales

Selon une étude de l’université de Berkeley, couper sa journée de travail par une sieste stimulerait les capacités mentales. Le chercheur responsable de l’étude, Matthew Walker, souligne que "le sommeil a des effets réparateurs après une période prolongée d’éveil mais accroît également les capacités neurocognitives comparativement à ce qu’elles étaient avant de faire la sieste". Le sommeil serait ainsi nécessaire pour vider la mémoire à court terme du cerveau et faire de la place à de nouvelles informations.

Libération – 08/03/10

lundi 15 mars 2010

Rythme cardiaque et mort subite du nourrisson

Une étude de l’université de médecine de Strasbourg pourrait permettre de résoudre le mystère de la mort subite du nourrisson. Il apparait qu’une action exagérée du nerf vague, qui régule le battement du coeur, serait à l’origine de ces morts prématurées. Le fait de coucher les bébés sur le dos a déjà permis de réduire de 80% le taux de décès par mort subite.

Les travaux, qui se sont portés sur les 20% restants, montrent que des médicaments accélérant le rythme cardiaque, comme l’atropine, permettraient de réduire considérablement les risques.

Aujourd’hui en France – 06/03/10

dimanche 14 mars 2010

“Ma” Nature de réveille !


La mousse… toujours en avance !

a_mousse_DSCF3338
Photo prise le 27/02/2010
Arboretum, Chatenay Malabry (92)

samedi 13 mars 2010

Cancer de la prostate : résultats du taxotere encourageant

Une chimiothérapie à base de docétaxel (Taxotere, sanofi-aventis) et d'estramustine (Estracyt, CSP/Keocyt) a donné des résultats positifs contre le cancer de la prostate localisé à haut risque métastatique, lors de travaux français présentés au Genitourinary Cancers Symposium. Lors de travaux publiés en 2004, le régime à base de docétaxel et d'estramustine s'était déjà avéré efficace contre le cancer de la prostate avancé hormono-résistant. Il s'agissait des premiers résultats à montrer un bénéfice en termes de survie avec la chimiothérapie contre ce type de cancer.

APM – 05/03/10

vendredi 12 mars 2010

Obésité et flore intestinale

Une récente étude démontre que des micro-organismes présents dans la flore intestinale et servant à digérer sont des facteurs d’obésité. Selon l’étude, publiée par "Science", si certains types de bactéries présentes dans la flore intestinale prennent le dessus, une inflammation peut apparaître qui augmente l’appétit et le risque de diabète. Ainsi, parmi les facteurs responsables de l’obésité, l’absence d’exercice physique ou la consommation excessive de calories, ou encore de rares anomalies génétiques, ne seraient plus les seules en cause.

Le Figaro – 08/03/10

jeudi 11 mars 2010

Le séquençage du métagénome intestinal humain est réalisé à 80%

En 2008, une cinquantaine de chercheurs se lançaient dans l’étude MetaHIT : l'analyse du microbiote intestinal de l'homme. Ce travail colossal, comparable au séquençage du génome humain, s’inscrit dans un vaste programme européen coordonné par Dusko Ehrlich, chercheur à l’Inra. Neuf organismes de recherche européens, quatre industriels et un institut chinois ont été mobilisés pour cet inventaire. Les chercheurs ont réalisé un catalogue de 3,3 millions de gènes bactériens, qui recenserait 80% de la totalité du métagénome intestinal humain.

L’étude devrait permettre de mieux appréhender l’importance de l’intestin, en dehors de la digestion. "L'ensemble des microbes présents dans le corps humain représente au moins 100 milliards de milliards de cellules, soit dix fois plus que les cellules humaines et près de cent fois plus de gènes que le génome humain, notent les auteurs de l’étude. La majorité de ces microbes se trouvent dans notre intestin", qui jouerait un rôle clé dans l’organisation du système immunitaire. Le poids total de la flore intestinale, qui représente un véritable écosystème propre à chaque individu, est estimé à 1,5 kg par ces chercheurs. Dusko Ehrlich explique : "Ces nouvelles données génétiques nous permettront de mettre au point des diagnostics et d'affiner des pronostics pour de nombreuses maladies comme l'obésité, le diabète, la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique. Une connaissance bien plus approfondie de la biologie de l'homme devrait en résulter".

Le Figaro – 05/03/10

mercredi 10 mars 2010

Découverte importante sur la maladie d’Alzheimer

Le peptide bêta-amyloïde, un composant des plaques amyloïdes caractérisant la maladie d’Alzheimer, serait en réalité le produit d’une réponse excessive du système immunitaire inné à certaines agressions, notamment des infections, et non une simple conséquence des dégradations métaboliques imputables à la maladie. Des chercheurs américains ont montré que le peptide bêta-A inhibait effectivement la croissance de sept germes pathogènes sur quinze testés. "Jusque là, on ne connaissait que l’activité pathogène" de ce peptide. "Selon nos observations, il présente des similitudes avec des facteurs qui déclenchent une hyperactivité du système immunitaire inné, qui constitue une première ligne de défense. Cette défense est déclenchée par la présence d’une infection, ou par un état chronique consécutif à un traumatisme ou à un AVC", expliquent les chercheurs.

Le Quotidien du Médecin – 04/03/10

mardi 9 mars 2010

Hygiène dans les salles d’attentes

Des chercheurs américains ont mis en évidence que le picornavirus, à l’origine du rhume et de certaines gastroentérites, restait détectable sur 20% des échantillons prélevés sur des jouets de salle d’attente de pédiatres, après nettoyage de ces derniers au moyen de lingettes antiseptiques.

Leurs conclusions est que les salles d’attentes des pédiatres constituent de véritables concentrations de microbes qui favorisent les infections, soit par contacts directs entre les enfants venus consulter, soit par jouets interposés.

Le Figaro – 22/02/10

lundi 8 mars 2010

Portrait de l’insomnie

Dans l’attente de la 10ème Journée du sommeil, qui sera organisée le 19 mars par l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV), "Le Figaro" consacre un dossier aux troubles du sommeil, faisant l’inventaire de leurs causes, de leurs effets et des différents traitements existants.

Un Français sur cinq serait concerné par des problèmes d’insomnie. Une mauvaise hygiène du sommeil (non respect d’horaires réguliers, chambre trop chauffée ou encombrée de matériel multimédia) peut en être l’origine.

Dans 30% à 40% des cas d’insomnie chronique, c’est une cause organique non traitée qui entraîne une mauvaise qualité de sommeil. Parmi les personnes obèses, les apnées du sommeil sont une cause fréquente d’insomnie. 8% de la population générale serait touchée en France par le syndrome d’apnées du sommeil.

D’autre part, plusieurs travaux ayant étudié les effets d’un manque de sommeil sur l’organisme ont conclu que l’insomnie favorisait elle-même l’obésité sur le plan hormonal, car "la privation de sommeil diminue la leptine, qui coupe l’appétit, et augmente la ghréline, qui l’accroît", explique un spécialiste.

Les troubles du sommeil précèdent par ailleurs souvent un épisode dépressif et pourraient même être un facteur de risque de la dépression. Comme l’a constaté le Dr. Carmen Schröder, psychiatre au CHU de Strasbourg, "les insomniaques traités ont un risque de dépression de 30% à 40% inférieur aux autres". Selon les cas, le traitement de la dépression ou de l’anxiété est donc aussi l’une des voies de résolution du trouble insomniaque. Le traitement médicamenteux de ces troubles psychiques repose sur deux classes de molécules : les hypnotiques (somnifères) et les anxiolytiques. Elles induisent toutes deux une dépendance à long terme, des effets sur la mémoire et un risque de chute accru. Ces effets peuvent être potentiellement graves, notamment chez les personnes âgées. La HAS en recommande donc un usage ponctuel. Pourtant, dans les maisons de retraites, entre 30% et 60% des pensionnaires en absorbent tous les soirs.

Le Figaro – 22/02/10

dimanche 7 mars 2010

Le printemps approche !…


Si si !

a_fleur_DSCF3389
Photo prise le 22 février 2010
Arboretum, Chatenay Malabry (92)

samedi 6 mars 2010

Prise en charge de la douleur…

La prise en charge de la douleur reste insuffisante en oncologie La prise en compte de la douleur des patients atteints de cancers est très inégale en Europe. D'après une récente étude, l'administration d'opiacés est dix fois moins élevée dans les pays de l'Est que dans les pays d'Europe de l'Ouest.

En Europe occidentale, la France consomme quatre fois moins de morphine par malade que l'Autriche, mais quatre fois plus que la Belgique et l'Irlande... La formation des médecins laisse par ailleurs souvent à désirer sur le plan de la prise en charge de la douleur. Son estimation est chronophage et peu gratifiante pour les professionnels. De plus, la douleur est souvent considérée comme secondaire en comparaison avec la maladie dans le cadre de laquelle elle apparaît. Le Code de la santé publique contient un article qui stipule que tout patient a "le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être prise en compte et traitée".

Or, dans les faits, le fonctionnement hospitalier ne favorise pas cette prise en compte, car "les actes techniques sont financés, mais pas ceux qui sont plus intellectuels", souligne le Dr. Ivan Krakowski, du Centre de lutte contre le cancer de Nancy. En effet, "la souffrance n'est pas qu'un problème scientifique, il faut savoir communiquer avec le malade", ajoute le Dr. Krakowski. Une bonne prise en compte de la douleur se heurte aussi à un autre obstacle. Bien que les laboratoires continuent de mettre au point de nouveaux analgésiques, et de nouveaux modes d'administration à effet plus rapide (voie nasale ou gingivale), les effets secondaires de la morphine et de ses dérivés restent importants. Une administration prolongée risque par ailleurs d'entraîner une "tolérance à l'effet analgésique", souligne Frédéric Simonin. Ce chercheur à l'ARC a en effet pu constater que "quand on administre des opioïdes à des rongeurs, ils développent une hypersensibilité à la douleur".

Le Figaro - 26/02/10

vendredi 5 mars 2010

Où commence l'alcoolisme ?

D'après le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism, nombreux seraient les Américains qui, sans être alcooliques, consomment une certaine quantité d'alcool par jour (quatre verres en moyenne) et présentent un fort risque de tomber un jour dans une réelle dépendance à l'alcool. Ces personnes, qui sont en général également en surpoids du fait d'une trop grande sédentarité, seraient 36 millions. Ils sont aussi bien intégrés socialement, avec le plus souvent un emploi solide et une vie de famille. L'évolution des moeurs dans les pays occidentaux, et l'accessibilité, à des prix toujours plus bas, à des boissons alcoolisées dans les grandes surfaces, ont fait de la consommation excessive d'alcool un phénomène qui n'est plus considéré comme anormal sur le plan social. Ces dernières années, on a aussi vu l'émergence de certaines pratiques de groupes très ritualisées chez les adolescents, comme le "binge-drinking".

Contrairement aux possibilités de traitements médicamenteux dont disposent les patients diagnostiqués alcooliques, dont le nombre s'élève à 18 millions outre-Atlantique, aucun médicament n'existe pour aider ces personnes à mi-course à réduire leur consommation excessive d'alcool. Mais les laboratoires s'intéressent de près à ce nouveau problème de santé publique, et les experts s'attendent à ce qu'émerge bientôt une nouvelle génération de médicaments, qui sera destinée à ces buveurs modérés mais réguliers. Plus largement, la recherche sur la dépendance alcoolique a récemment fait un grand pas en avant avec la compréhension des effets de la substance sur les fonctions du cerveau.

International Herald Tribune - 26/02/2010

jeudi 4 mars 2010

Virus et humidité absolue

Ayant constaté que l'humidité absolue était un facteur modulant la survie des virus grippaux, Jeffrey Shaman a créé un modèle mathématique lui permettant de "transposer ces observations à l'échelle de la population humaine des Etats-Unis, en considérant les chiffres de l'humidité absolue sur une période de trente-et-un ans". Ses conclusions sont que les épidémies ou éclosions de cas surviennent dans 55% à 60% des cas après une période hivernale d'humidité absolue anormalement faible.

Le Quotidien du Médecin - 25/02/2010

L'humidité absolue est définie pour l'air humide (ou d'autres gaz) comme sa teneur en vapeur d'eau. Elle varie entre 0 et +8 mais est limitée par la quantité maximale que le gaz peut absorber avant qu'il y ait saturation à la température de celui-ci.

mercredi 3 mars 2010

Maladies rares

La troisième Journée internationale des maladies rares sera organisée le 28 février. Les maladies rares sont celles qui touchent moins de 1 personne sur 2 000. Elles sont souvent graves et invalidantes. Il en existerait entre 6 000 et 8 000 dans le monde. En France, ces maladies toucheraient 3 millions de personnes, soit 1 personne sur 20.

Le Quotidien du Pharmacien - 25/02/2010

mardi 2 mars 2010

Moteur de la recherche !...

Le ministère de la Recherche a annoncé la mise en ligne d'un portail Internet, baptisé "Moteur de la recherche", destiné à "faciliter les rencontres entre les entreprises et la recherche publique". Consultable à l'adresse http://www.lemoteurdelarecherche.fr/  il propose principalement un moteur de recherche qui agrège le contenu de l'ensemble des bases de données publiques existantes. Il permet également aux entreprises de publier des appels à projets.

APM - 25/02/2010

lundi 1 mars 2010

Bon anniversaire Stratagemme ! Merci à vous !...


Nous sommes le 1er mars 2010…
Stratagemme a 4 ans aujourdhui !
Pour fêter l’événement, je vous présente en avant-première l’image de l’en-tête du site http://www.stratagemme.com/, telle qu’elle sera dans 2 à 3 semaines… Enfin, à peu près. Il reste quelques retouches à faire mais cela sera très ressemblant !
Après quelques semaines de travail avec Laura, graphiste, le design prend forme. J’espère qu’il vous plait autant qu’à moi. Cela ressemble un peu aux techniques de peinture sur soie que j’utilisais quand je peignais sur soie, notamment la technique à la cire. A la fois sobre, féérique, mon imaginaire me transporte dans un monde merveilleux et le rêve continue !…
A très bientôt et belle visite à vous sur le site des bijoux Stratagemme,
Hélène