Pour toute Commande passée sur le Site www.stratagemme.com, je vous offre :
10% du montant de votre commande (que j'arrondis)
+ 2,00 euros de remise
sur votre Prochaine Commande !
Frais d'envoi offerts à partir de 25,00 euros

Commandez vos Gemmes et vos Bijoux sur le site www.stratagemme.com Chaque rêve est un bijou

mercredi 15 juillet 2009

Baclofène et sevrage alcoolique

Olivier Ameisen, cardiologue et auteur du livre "Le Dernier verre", dans lequel il raconte s’être sorti de la dépendance à l’alcool grâce au baclofène, un myorelaxant, essaie depuis de faire autoriser la molécule dans l’indication du sevrage alcoolique. Pour l’heure, l’Afssaps recommande de se limiter à l’indication d’origine, c’est-à-dire le soulagement de contractures musculaires douloureuses. Mais quelques médecins, dont le Dr. Renaud de Beaurepaire, chef du service de psychiatrie de l’hôpital Paul-Guiraud de Villejuif, sont passés outre ces recommandations pour traiter avec le baclofène, à raison de 150 mg par jour, une centaine de patients alcoolo-dépendants. Les effets seraient spectaculaires. La moitié de ces patients "ont arrêté de boire, je n’ai jamais vu de tels résultats dans l’histoire de la prise en charge de l’alcoolisme", assure le Dr. De Beaurepaire. Un essai clinique destiné à évaluer l’efficacité du baclofène dans cette indication, va bientôt commencer. Ce projet vient d’être retenu au titre du programme hospitalier de recherche clinique (PHRC). Mais la posologie prévue, de 90 mg par jour, serait selon le Dr. Ameisen, insuffisante au point de "vouer cet essai clinique à l’échec". Un avis que partage le Pr. Michel Detilleux, qui coordonnera l’essai. Il admet "un risque de résultat faussement négatif" du fait des doses utilisées, mais ajoute que "d’un point de vue méthodologique, il est prématuré de faire un essai plus complexe". Il faudrait selon lui envisager à terme une "posologie individualisée".

Le Monde – 02/07/09

9 commentaires:

  1. Le baclofène suscite un immense espoir chez les alcoolo-dépendants; Nombre d' entre eux se soignent déjà avec ce médicament et ont déjà obtenu des résultats réels: indifférence totale à l' alcool, dans un délai qui varie selon les individus: de 2 mois à 6 mois!
    Beaucoup sont en auto-médication, et d' autres ont la chance d' avoir un médecin prescripteur, qui assure le suivi.
    Je peux témoibner de l' efficacité du baclofène: mon fils agé de 40 ans (commencé à boire à 20 ans) est indifférent à l' alcool depuis maintenant 2 mois1/2, soit 6 mois après avoir débuté le traitement. Il est suivi par un médecin.

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup cher visiteur pour ce témoignage plein d'espoir pour toutes les personnes prises au piège dans ce terrible engrenage.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu le livre et y crois à ce médoc. Ce que tout "intoxité" cherche, c'est de ne plus penser à sa drogue. A mon prochain RV chez le "spécialiste en alcoologie", soit il me prescrit le baclo, soit je me débrouille pour l'avoir.Aucun des médoc "spécialisé" n'a marché jusqu'à présent.On parle des effets secondaires du médoc, mais ceux de l'alcool sont pires. Mon neveu est dcd dans un accident à 21 ans,le conducteur8g/alcool/litre s'en est sorti,mais pas indemne de culpabilite

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de commencer un traitement avec du lioseral et du vallium, suivi par un psychiatre de la clinique liberté à Bagneux.
    J'ai choisi cette option car la communication passe très bien avec ce spécialiste et son équipe.Il me reçoit régulièrement suite à une rechute (sevrage de 5 mois non suivi en novembre 2008 limite hépatite)qui m'a amené à craquer cet été, sans aucune raison majeure.Je me suis arrêté quelques jours avant noël gachant ainsi la fête familiale car il faur du temps pour "rincer" son corps.alors,il faut tenir bon dans sa tête et prendre le recul nécessaire avec les problèmes pro ou familialaux (pas toujours évident, mais c'est à ce moment là qu'il faut déclencher la bonne cellule du cerveau qui a été détruit pour une consommation très excessive).Pour l'instant cela ce passe bien après les premiers jours avec les mains tremblotantes qui donne peur de ce présenter à son employeur,mais cela c'est calmé en 5jours.
    IL faut garder cette ligne de conduite,plus une goutte même dans les plats ou les chocolats alcolisés.
    Bon courage à tous, nous allons sortir de cette M....

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour votre passage et votre témoignage Philippe. Je vous envoie force et courage. Je souhaite que 2011 sera l'année qui verra votre combat aboutir ! Il faut tenir le coup ! Vous avez tout à gagner ! Bien sincèrement, Helene

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    Je vous invite à consulter mon Centre Documentaire sur le Baclofène, site que j'ai créé et publié il y a 15 jours :

    http://baclofene.perso.sfr.fr

    Cordialement,

    Dom69

    RépondreSupprimer
  7. Merci Dom69 pour votre passage ici et le partage de votre lien. J'ai visité votre page qui est très complète et très intéressante pour tous ceux qui traversent ces difficultés.

    Pensée à tous ceux qui se battent pour retrouver une bonne santé. Bon courage à vous,

    Bien cordialement,

    Helene

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    Je suis guérie depuis 6 mois grâce au baclofène. Je revis. C'est merveilleux !
    7 mois de traitement.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,
    Merci pour votre passage ici et votre témoignage.
    Mille excuses pour la publication tardive de votre commentaire.
    Ravie pour vous de cette bonne nouvelle porteuse d'espoir.
    Bien à vous,
    Helene

    RépondreSupprimer